Des militants PTB obligés de passer à la caisse? Raoul Hedebouw assure qu’il n’y a aucune obligation

Edition numérique des abonnés

Isolé ou cohabitant? Auto ou pas? Combien d’enfants et de quel âge? Crèche? Kot? Pour chaque situation familiale, le PTB calcule, en fonction des particularités de celle-ci, un montant de référence. Dans la «fiche d’engagement» que remplissent les militants, ce montant est mis en regard des revenus qu’ils déclarent au parti. Il ne leur reste plus qu’à déterminer le pourcentage du «surplus» qu’ils entendent abandonner au PTB, 100% étant la première option proposée.

Attention: le terme «militants» n’a pas le même sens au PTB que dans les autres formations politiques. En l’occurrence, on adhère au PTB moyennant une cotisation de 5 euros par mois. Cette affiliation traditionnelle concerne à peu près 10.000 personnes au total.

Les «militants», ce sont les affiliés appelés à prendre part aux réunions et instances pré-décisionnelles. Celles et ceux qui souhaitent pénétrer dans l’antichambre du pouvoir, évoluer auprès des cadres du parti et de ses dirigeants.

Le PTB compterait entre 300 et 400 militants. On peut lire dans un document du parti: «L’engagement militant va plus loin que l’affiliation. Vous êtes prêt à suivre un programme de formation. Vous participez aux réunions de votre groupe. Vous prenez en charge une tâche convenue».

«La fiche ne comporte pas d’obligation»

Ce modèle d’engagement et, pour des non élus, de restitution au parti d’une part de leurs revenus, est unique dans notre paysage politique. Et donne à voir une organisation de gauche radicale qui aspire à fonctionner sur ses fonds propres, de façon autonome. Un engagement qui n’a rien d’obligatoire, affirme Raoul Hedebouw, porte-parole: «La fiche permet aux gens de se situer, et de contribuer à la vie du parti, mais elle ne comporte pas d’obligation. Ils ont une marge de manœuvre, évidemment.»

Une lattitude que contestent les anciens militants et cadres, en rupture avec le parti, qui nous ont transmis la fiche d’engagement. Selon eux, la rétrocession de tout ce qui dépasse le montant de référence est obligatoire pour devenir militant à part entière.

Les élus et cadres touchent quant à eux un salaire moyen de travailleurs, «entre 1.500 et 1.700 euros nets par mois, estime Raoul Hedebouw, tout le reste est reversé au parti».

Sur Le Soir+:

• Le décodage complet de la stratégie du PTB envers ses militants

• La réponse en intégralité de Raoul Hedebouw

• Notre analyse et tous les chiffres du financement des partis en Belgique

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous