La Grande-Bretagne hors de l’UE ? Cohn-Bendit veut un référendum

Didier Zacharie d'après Belga

L’euroscepticisme est en vigueur en Grande-Bretagne. Cette semaine, David Cameron a cherché à obtenir une réduction du budget européen, isolant à nouveau son pays parmi les 27. Le président du groupe écologiste Daniel Cohn-Bendit propose un référendum sur l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'UE.

  • David Cameron – Reuters
    David Cameron – Reuters
  • Daniel Cohn-Bendit, président du groupe écologiste au Parlement européen – Pierre-Yves Thienpont – Le Soir
    Daniel Cohn-Bendit, président du groupe écologiste au Parlement européen – Pierre-Yves Thienpont – Le Soir

Le président du groupe écologiste au Parlement européen, Daniel Cohn-Bendit, s’est dit favorable à un référendum en Grande-Bretagne sur le maintien de ce pays dans l’Union européenne, dans une interview au quotidien allemand Tagesspiegel. « Je suis pour qu’une fois, un jour ou l’autre, on organise un référendum en Grande-Bretagne, ils doivent décider s’ils deviennent le 51e Etat des Etats-Unis ou s’ils sont membres de l’Union européenne », a déclaré M. Cohn-Bendit.

Il était interrogé après le vote du Parlement britannique poussant le Premier ministre David Cameron à radicaliser son attitude vis-à-vis de l’Europe sur la question du budget. Les eurosceptiques et l’opposition travailliste ont en effet pressé le Premier ministre britannique de radicaliser son attitude en vue d’obtenir une réduction du budget pluriannuel de l’UE, au lieu du simple gel qu’il exige aujourd’hui. À cet égard, le leader écologiste critique vertement l’attitude des travaillistes britanniques qui ont voté avec les eurosceptiques pour mettre en difficulté M. Cameron. « Le comportement des députés travaillistes constitue le plus gros scandale », estime-t-il, dénonçant leur « pur opportunisme ». « Ils surfent uniquement sur une vague d’euroscepticisme en Grande-Bretagne parce qu’ils savent qu’ainsi ils peuvent coincer Cameron », note-t-il.

Près de la moitié des Britanniques seraient prêts à quitter l’Union

S’agissant de David Cameron, M. Cohn-Bendit estime qu’il souhaite exercer « le chantage permanent » sur l’Europe et qu’un référendum posant aux électeurs britanniques la question du maintien de leur pays dans l’UE empêcherait par la suite ce type de comportement.

L’ironie veut que selon un sondage publié en décembre dernier par le Mail on Sunday, au moment du « non » de la Grande-Bretagne au plan budgétaire européen, près de la moitié des Britanniques seraient prêts à quitter l’Union et 66 % à vouloir un référendum sur la question. La majeure partie de la classe politique, New Labour compris, semble emboîter le pas, comme les discussions sur le budget européen l’ont montré cette semaine. Le Premier ministre conservateur David Cameron n’a d’ailleurs jamais caché son scepticisme concernant l’intégration européenne, se posant en digne successeur de Margaret Thatcher sur la question.

La chancelière allemande Angela Merkel doit se rendre mercredi à Londres pour s’entretenir dans la soirée avec M. Cameron.

Vos réactions

Voir toutes les réactions

62. Huybrecht dit le 04/11/2012, 18:26

Mon père, mon grand-père, mon arrière-grand-père disaient et répétaient: Perfide Albion.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
61. stal2011 dit le 04/11/2012, 13:19

La Grande-Bretagne hors de lâ

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
60. Aiguemarine dit le 04/11/2012, 12:44

suite du commentaire précédent : Normal ! quand on ne veut pas s'unir, on divise. Autre version du dicton : "Avoir le beurre, l'argent du beurre et le cul de la fermière". Quant à Cohn-Bendit, il a toujours le secret des formules percutantes qui expriment clairement la situation. Il fait maintenant équipe avec Verhofstad, ce qui est amusant !

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 2 non 2
59. Aiguemarine dit le 04/11/2012, 12:41

Un dicton anglais, édifiant : "Pourquoi acheter la Vache quand on peut avoir le Lait gratuitement ?". Ce dicton exprime parfaitement l'opportunisme anglais par rapport à l'Union européenne (et également sa misogynie soi-dit en passant). L'angleterre veut continuer à profiter du marché européen, libéralisé, anglo-saxonisé. En effet, rien qu'en tant que plaque tournante financière et spéculatrice, la libre circulation des capitaux en Europe, quelle aubaine ! Londres baise l'Europe (voir dicton). Par contre, des intentions sérieuses pour construire une véritable Europe et la protéger vis-à-vis des intérêts anglo-américains, quelle horreur !!!!! L'Angleterre se considère comme un Royaume dont la souveraineté ne pourra jamais être abandonnée, nonobstant que son statut d'île l'a toujours protégée de l'extérieur. La solidarité, elle ne connait pas et non seulement cela, mais sa stratégie est de créer sans cesse la division. Normal ! quand on ne veut pas s'[...]

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 8 non 1
58. Nietzsche dit le 04/11/2012, 12:15

Dans les deux sens ? Réclamer un référendum contre un membre dans l'UE... pourquoi pas; mais alors et avant tout qu'on nous consulte pour des pays comme la Croatie, l'Islande (pauvre à présent), à terme le Kosovo (de mieux en mieux) et sans doute l'Albanie (plus c'est gros plus cela marche). En son temps, nous ne comprenions pas le business case derrière l'intégration de l'Espagne, du Portugal... de la Grèce; les parlements ont approuvés sur base d'idéologies non de faits ou alors travestis. Quelle couleuvre nous fera-t-on avaler pour les futurs candidats... et surtout qui nous explique pourquoi l'UE ne courtise pas la Suisse, la Norvège? En voilà des candidats plus heureux que les parents pauvres qu'on tente de nous acoquiner ? Bien le bonjour !

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 3 non 1
Voir toutes les réactions »

Osez la rencontre !