Le roi Philippe va se recueillir devant la dépouille d’Alfred Gadenne ce mercredi à Mouscron

© Reporters
© Reporters

Le roi Philippe a émis le souhait de se recueillir devant la dépouille du bourgmestre de Mouscron, Alfred Gadenne, ce mercredi en présence également des membres du collège communal. Les funérailles auront lieu samedi à l’église St-Amand de Luingne. Selon la télévision régionale Notele, les funérailles auront lieu à 10h. De nombreuses personnalités ainsi que beaucoup de Mouscronnois sont attendus.

Pour rappel, Alfred Gadenne, bourgmestre de Mouscron, a été assassiné lundi soir, à l’âge de 71 ans alors qu’il refermait les portes du cimetière de Luingne comme à son habitude. Il aurait été agressé d’un coup de cutter à la gorge par un jeune homme de la commune, qui a ensuite appelé la police et attendu sur place d’être interpellé. Il a été présenté à la juge d’instruction chargée de l’affaire, qui l’a inculpé d’«  assassinat  » et a ordonné son incarcération.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite