Coupe Davis: David Goffin se montre confiant avant le début de la demi-finale contre l’Australie

Edition numérique des abonnés

Un temps incertain pour cette demi-finale, David Goffin sera bien sur les courts à partir de vendredi. «  Je suis disponible à 100 % pour la rencontre de ce week-end  », a-t-il rassuré. «  Je suis content de mon jeu et le physique suit. » En délicatesse avec son genou gauche depuis l’US Open, le Liégeois de 26 ans disputera, vendredi au Palais 12 de Bruxelles, la première rencontre de la demi-finale de la Coupe Davis contre l’Australien John Millman (ATP 185).

«  Ma blessure a très bien évolué grâce au travail du staff médical. J’espère que demain, tout sera parfait », a ajouté le 12e joueur mondial. « Je n’ai pratiquement plus aucune douleur. » Toute la semaine, Goffin a bénéficié d’un encadrement spécial. En effet, un kinésithérapeute, un ostéopathe et un médecin étaient à sa disposition. «  J’ai passé de nombreuses heures à être soigné afin d’être dans la meilleure forme possible pour cette rencontre.  »

Le Belge a ensuite abordé son futur adversaire, John Millman, 28 ans. «  Je l’ai vu jouer plusieurs fois mais je ne l’ai jamais affronté. Il est très physique et solide des deux côtés. Il aime bien jouer en cadence, je vais devoir essayer de le sortir de son schéma de jeu afin de le dérégler. Mais le plus important sera de me concentrer sur mes qualités.  »

Le capitaine belge Johan Van Herck a été quelque peu surpris de voir Millman titulaire pour le match de vendredi. Ce dernier a été préféré à Thanasi Kokkinakis (ATP 213) dans la sélection de Lleyton Hewitt, le capitaine australien. «  Je ne m’y attendais pas. Mais c’est un joueur assez solide, doté d’une mentalité exemplaire. »

Goffin, tout comme l’ensemble du staff belge, s’est montré satisfait de la qualité du terrain. «  Il est plutôt lent mais de très bonne facture. Nous sommes très contents. Pour les Australiens, cela devrait être plus compliqué car ils ont plus l’habitude de jouer sur des surfaces rapides. On devra donc tenter de jouer dans des filières plus longues. »

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Porsche est le premier constructeur allemand à renoncer à la technologie diesel, alors même que Volkswagen assure ne pas vouloir y renoncer tout comme ses concurrents BMW ou Daimler.

    Pourquoi Porsche a-t-il décidé de sortir du diesel?

  2. Pour les syndicats et pour les parents de Kitty Van Nieuwenhuysen, Johan et Nelly, cette décision est une «
gifle au visage
».

    Les syndicats policiers outrés par la libération d’un tueur de l’une des leurs

  3. @News

    Le judo, ce sport de machos où les femmes continuent de s’affirmer

Chroniques
  • La check-list des élections communales

    Dans trois semaines, nous allons voter pour les communales. Alors que les partis scruteront et interpréteront les résultats à travers la grille des prochaines élections nationales et européennes – quand bien même on verra localement des alliances impossibles à d’autres niveaux –, il faudrait peut-être rappeler que ce scrutin est important pour lui-même et que les enjeux, même locaux, sont de taille.

    Des potentats difficiles à contester

    J’ai longtemps cru que l’échelon local était le plus propice à la mise en œuvre d’une véritable démocratie, et que l’on pouvait aisément y mettre en œuvre des processus de démocratie délibérative ou participative. Les quelques chroniques que j’ai consacrées à des sujets communaux (sur certaines communes du BW) m’ont cruellement démenti ; dans de nombreux cas, ces communes sont les lieux où sévissent des potentats autoritaires, totalement...

    Lire la suite

  • Ceci n’est pas une politique

    On avait annoncé des mesures concrètes pour gérer la problématique des transmigrants sur le territoire belge. Et à quoi a-t-on eu droit ce vendredi ? A un chiffre. Le gouvernement va augmenter en deux phases le nombre de ceux qui seront placés en centres fermés. C’est une rustine que le gouvernement a placée, parasitée, noyautée, détournée par les petites phrases d’un certain Bart – Y a qu’à – De Wever.

    Lire la suite