Bande dessinée: notre enquête sur l’héritage pillé de «Blake et Mortimer»

Les planches originales, les dessins, etc. du maître belge de la bande dessinée étaient conservés dans quatre coffres à la banque. Mais les portes ne semblent plus étanches...
Les planches originales, les dessins, etc. du maître belge de la bande dessinée étaient conservés dans quatre coffres à la banque. Mais les portes ne semblent plus étanches...

Blake et Mortimer ont-ils été trahis ? La Fondation Jacobs avait pour mission de veiller au droit moral et à l’intégrité du patrimoine de l’œuvre créée par Edgar P. Jacobs. Les planches originales, les dessins, les croquis, les calques du maître belge de la bande dessinée étaient conservés dans quatre coffres à la banque. Mais depuis quelques années, les portes ne semblaient plus étanches. Des centaines de pièces se négociaient à prix d’or sous le manteau ou chez les marchands d’art. Des faux circulaient sur les sites d’enchères, sans que personne ne soit inquiété. Entre-temps, la Fondation Jacobs a été mise en liquidation judiciaire, à la requête de son président, Philippe Biermé. Ce qui reste de l’œuvre est confié à la Fondation Roi Baudouin, tandis qu’une nouvelle Fondation Edgar Jacobs, montée avec l’aide de Moulinsart, se chargera de gérer le droit moral.

Qui a joué avec les clés des coffres ? Quel a été le rôle des galeristes et des experts dans la fuite des originaux ? Les collectionneurs ont-ils le droit de posséder et d’exposer ces pièces de musée ? Nous avons mené l’enquête pendant plusieurs mois, passé le testament de Jacobs à la loupe, rencontré les anciens administrateurs de la Fondation Jacobs, interrogé les collectionneurs, questionné les marchands d’art, pour comprendre comment plus de 200 chefs-d’œuvre de cet auteur culte se sont retrouvés dans des collections privées.

Sur le Soir+ : le premier volet de notre enquête de plusieurs mois sur l’héritage d’Edgar P. Jacobs

 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite