Démarchage téléphonique: plus de vingt plaintes par jour en 2017

© Reporters
© Reporters

Point de Contact, la plateforme fédérale en ligne qui sert de point de chute unique à tous les consommateurs lésés, a vu les plaintes pour démarchage téléphonique intempestif augmenter de manière significative en 2017. En 2016, cette forme de marketing intrusif qui consiste à appeler sur la ligne fixe ou le GSM des particuliers pour leur vendre un canapé, du vin ou même une croisière a entraîné 3.293 plaintes. Au 18 septembre 2017, Point de Contact avait déjà enregistré 5.521 signalements, soit une augmentation de près de 70 % alors que l’année n’est pas terminée.

Et pourtant, une récente obligation interdit aux démarcheurs (les centres d’appels et leurs clients) de contacter un numéro repris dans la liste « Ne m’appelez plus ». Celle-ci, alimentée par les particuliers et les indépendants, est riche de 1,209 million de numéros. Le problème, c’est qu’il est impossible de donner suite aux plaintes quand le call center et son client opèrent depuis l’étranger – par exemple des démarcheurs appelant depuis le Maghreb pour vendre les vins d’un exploitant français. Ils ne sont pas soumis au droit belge et ne se gênent pas pour utiliser des numéros pourtant repris dans la liste « Ne m’appelez plus ». Et il apparaît qu’une grande proportion d’appels indésirables s’inscrit dans ce cas de figure.

► Toutes les informations sur Le Soir+

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous