Servais boucle son premier cycle «Compostelle»

Jean-Claude Servais dédicacera ses ouvrages à l’abbaye d’Orval.
Jean-Claude Servais dédicacera ses ouvrages à l’abbaye d’Orval. - D.R.

Comme Amélie Nothomb en septembre, Jean-Claude Servais effectue sa rentrée littéraire chaque année en octobre, et pour la 4e fois, c’est sur les chemins de Compostelle qu’il nous emmène, mais pour une fin de premier cycle. Compostelle, ça fatigue physiquement et intellectuellement !

Alors, le dessinateur gaumais va prendre une année pour d’autres ressourcements, ceux qui le ramènent au pays, dans ses forêts, entre légendes, animaux et quatre générations de femmes. Tout un programme, mais si le scénario est bouclé et cinq premières planches dessinées, il reste encore du boulot pour la finalisation de ce qui sera « Le Chalet bleu », à paraître dans la collection Aire Libre de Dupuis.

Une ambiance satanique

Mais pour l’heure, c’est Compostelle 4e, avec « Le vampire de Bretagne » qui permet de résoudre le mystère du tueur en série. Car si le patrimoine des régions de France sur les chemins de Compostelle joue plutôt la carte du beau et de la sérénité, Servais y a ajouté une épine noire sous la forme d’un tueur, le tout dans une ambiance satanique… Ce 4e tome va permettre de rassembler ses quatre personnages partis sur des routes variées vers Compostelle : Blanche, la Belge, et Alexandre le Suisse d’un côté, Céline et Angelo alias Dominique de l’autre. Ils se retrouveront en Sèvre maritime, après un passage troublant et alchimique pour les premiers, par la belle cathédrale de Chartres dont Servais livre toute la majestuosité des décors de pierre sculptée. Il faut y ajouter Tiffauges et le château de Gilles de Rais, le monde troglodyte le long de la Loire, le bio-parc de Doué-la-Fontaine, Montsoreau, Saumur et leurs vignobles, cela fait un beau parcours pour clôturer l’histoire à Chinon. Nous n’en dirons pas plus.

Comme toujours, Jean-Claude Servais a pris du plaisir à restituer les sites grandeur nature qui constituaient la trame de son récit. Il espérait (re)séduire les lecteurs français en les attirant avec leur patrimoine de rêve. Pari gagné ? « Je suis un peu déçu, avoue-t-il, mais avec une certaine philosophie. La distribution des BD est compliquée en France. Le tirage est passé de 25.000 à 22.000 exemplaires. La distribution est fort cloisonnée. Il y a les grandes surfaces et les librairies spécialisées. Mais je n’ai aucune présence et visibilité dans les librairies générales où je trouverais le plus mon lectorat. Dupuis va donc s’attacher à trouver d’autres points de chutes, comme les SI par exemple. »

Des éditions de luxe

Dédicaces. Servais dédicacera son dernier tome les 14 et 15 octobre de 14 à 18h à l’Ange Gardien à Orval. En vente aussi des posters, des tirés-à-part. Des collectionneurs servaisiens s’y retrouveront pour partager leur passion à tout ce qui touche à cet auteur, hors les livres. Infos au Club de la BD de Florenville : 061-31.10.66.

Publication. Les dernières parutions portent sur le tome 4 des Chemins de Compostelle, « Le vampire de Bretagne », en version classique ou de luxe, avec jacquette, frontispice et portfolio. Par ailleurs, Dupuis vient de publier le 2e tome de l’intégrale de « Tendre Violette » (Malmaison et L’Alsacien), le tout en noir et blanc, sur un papier ivoire spécial, avec un dossier de Dominique Billion et un portfolio d’illustrations de Tendre Violette, ainsi qu’une édition de luxe. Le 3e tome sera édité au printemps 2018 (« Les enfants de la citadelle » et « Lucye », qui n’étaient parus à l’époque qu’en version couleurs).

Agenda. L’éditeur Weyrich publie son 10e agenda Servais, consacré cette fois à Compostelle, aux lieux et personnages de la B.D, extraits des trois premiers albums du premier cycle.