Les boulets rouges du PS

Le président provincial Philippe Courard a donné de la voix contre le duo MR-NVA au Fédéral, et le duo MR-CDH à la Région. © JEAN MARC QUINET / Reporters.
Le président provincial Philippe Courard a donné de la voix contre le duo MR-NVA au Fédéral, et le duo MR-CDH à la Région. © JEAN MARC QUINET / Reporters.

Expulsé de la Région wallonne, le PS n’a pas passé un été agréable et l’automne s’annonce brumeux quand on lit les sondages voyant le PTB prendre les devants en divers endroits…

En Luxembourg, le congrès de la Fédération provinciale PS, pas très fourni au demeurant, a toutefois permis au président provincial Philippe Courard de dire tout le mal qu’il pensait du duo MR-NVA au Fédéral, et du duo MR-CDH à la Région. « Une Province qui continue de voir tous ses services publics se détricoter : archives de l’Etat, postes, gares, justices de paix, protection civile, SFP Finances à Vielsalm, c’est la bérézina sur toute la ligne. »

La réforme des pensions dans le collimateur

Philippe Courard pointe par ailleurs la thématique de la santé bombardée par Maggie De Block avec la hausse des prix de médicaments et des soins, sans oublier « le scandale des numéros Inami alors que le Luxembourg a toutes les peines à trouver des médecins généralistes et spécialistes. On engage des médecins étrangers et nos jeunes doivent aller étudier en Roumanie, on marche sur la tête ! », dira-t-il.

D’autres flèches ont visé la réforme des pensions, « avec des carrières allongées pour toucher finalement une retraite plus ténue. » Et de donner des exemples, chiffres à l’appui. « Le MR s’occupe du pouvoir d’achat de Marc Coucke et d’Albert Frère, mais pas des ménages, claque-t-il. La TVA sur l’électricité passera de 6 à 21 %, car c’est bien sûr un luxe, alors que les œuvres d’art restent à 6 %… Bref, il se passe un tas de choses et il faut le dire haut et fort, car personne ne réagit. Ce mutisme est étonnant. »

Philippe Courard pointera aussi la Région, mais de façon plus courte car là, « le MR n’a pas encore eu le temps de faire mal. Mais ça va venir. Il suffit de voir les premières mesures comme la suppression de l’obligation des 10 % de logements sociaux. » Et de fustiger Benoît Lutgen qui « voit ses ampoules s’éteindre peu à peu partout : Matz, Poncelet, Waroux, Salvi et peut-être Josy ! Il voulait du changement, le CDH sera 2e dans sa province ! »

Pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, le constat sera plus rose, car le PS y est toujours bien installé… Et de mettre en avant les 250 millions consacrés au Pacte d’excellence, les 100 millions pour renforcer l’encadrement dans l’enseignement obligatoire, les 1.100 professionnels en plus pour l’enseignement maternel, etc.

Garder les provinces fonctionnelles

Les députés provinciaux Patrick Adam et Nathalie Heyard ont, eux, mis en avant l’impérieuse nécessité de garder les Provinces fonctionnelles. « Qui fera ce travail et rendra ces services à la population à notre place ? C’est une chose de débrancher la prise, une autre de nous laisser dans le noir », dira le Bouillonnais qui donnera les grandes lignes d’un budget 2018 qui s’annonce en boni malgré « le holp-up du gouvernement wallon » !

Bref, le PS est fragilisé mais pas abattu, et attend de ses membres un grand chantier des idées qui sera débattu fin du mois.