Nivelles: les pales des Vents d’Arpes tournent

Les quatre éoliennes des Vents d’Arpes, le long de l’échangeur E19-A54 à Nivelles Sud, ont été inaugurées vendredi par les autorités locales aclotes. © V.F.
Les quatre éoliennes des Vents d’Arpes, le long de l’échangeur E19-A54 à Nivelles Sud, ont été inaugurées vendredi par les autorités locales aclotes. © V.F. - V.F

V ous participez à un effort indispensable : plus qu’une obligation morale, pratiquement une obligation de résultat ! » Le nouveau ministre wallon de l’Energie et du Climat, Jean-Luc Crucke (MR), était vendredi à Nivelles pour saluer le démarrage des quatre éoliennes du parc Les Vents d’Arpes. Hautes de 150 mètres, les quatre machines d’une puissance de 3,2 mégawatts fournissent ensemble l’équivalent de la consommation électrique de 8.000 ménages. Montées en quelques semaines, elles sont déjà pleinement opérationnelles, même s’il reste des travaux de réaménagement à réaliser autour des mats. Le projet a été concrétisé par la société tournaisienne Ventis et, une fois n’est pas coutume, ce promoteur est sur la même longueur d’onde que les autorités locales depuis le début du dossier. C’est qu’il y a plusieurs années, à l’unanimité, le conseil communal de Nivelles avait fixé des règles pour sélectionner d’éventuels candidats à l’installation d’éoliennes en terre aclote. L’exigence d’une participation citoyenne et d’une participation des pouvoirs publics au projet était une condition sine qua non. Ce qui a déjà découragé quelques promoteurs…

« Dès le départ, nous avons fait le choix de l’éolien participatif et nous avons tenu bon, a confirmé le bourgmestre Pierre Huart (MR) dans son discours d’inauguration. Début 2014, nous recevons Pierre Mat, Benoît Mat et Pierre-Antoine Mali. L’éclaircie ! Avec Ventis, nous nous sommes sentis écoutés et compris dès les premiers échanges. Comme dans toute procédure administrative, nous avons fait face à des ralentissements voire à des blocages, mais globalement, en fin de parcours, le résultat en valait la peine : il répond pleinement aux attentes de la Ville de Nivelles. » Concrètement, l’investissement total pour les quatre machines qui tournent à présent le long de l’échangeur autoroutier entre la A54 et la E19 est d’environ 14 millions d’euros. Le promoteur possède 70 % des parts de la société Les Vents d’Arpes, et les citoyens ont pu acquérir 15 % via la coopérative Clef et l’association locale Vent +, qui a mené dès le départ un travail de promotion du projet. Quant au secteur public, la Ville de Nivelles a réservé 97.750 euros dans son budget 2017 pour acheter 5 % des parts. Les 10 % restants sont répartis entre les intercommunales EBW et IBW. « Et aujourd’hui, ça souffle », se réjouissait vendredi Pascal Rigot (Ecolo), l’échevin aclot du développement durable.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous