Jeholet envisage la fin du plan Marshall en Wallonie après 2019

Pierre-Yves Jeholet, MR
Pierre-Yves Jeholet, MR

L e plan Marshall est en voie d’extinction en 2019. Après, c’est fini  », indique dans un entretien publié samedi dans L’Echo le MR Pierre-Yves Jeholet, ministre wallon de l’Économie, de l’Industrie, de la Recherche, de l’Innovation, du Numérique, de l’Emploi et de la Formation.

«  Cela risque d’être contre-productif si on le garde après 2019  », affirme celui qui a repris les compétences de Jean-Claude Marcourt dans l’exécutif wallon. «  C’est devenu une opération marketing. Le problème avec ce plan, c’est qu’on a mis un cachet Marshall sur de nombreux dispositifs qui n’ont pas de liens avec le redressement de la Wallonie  », développe-t-il, donnant comme exemple «  les emplois APE plan Marshall créés dans les communes et les CPAS  », qui sont «  simplement des emplois publics subsidiés  ». Ces «  dispositifs APE plan Marshall ne seront pas renouvelés en 2019  ».

Si la suite dépend du scrutin régional, le ministre compte bien préparer le terrain d’ici là. Ainsi, s’il a «  maintenu la planification budgétaire du plan Marshall  », soit « 427 millions en 2018 », «  on fera en sorte de pouvoir réorienter certaines mesures et d’avoir des glissements dans les budgets  », assure le libéral.

«  Pour moi, hormis les pôles de compétitivité, le plan Marshall n’a pas atteint son objectif d’effet de masse par rapport à certaines politiques. Les indicateurs économiques ne se sont pas améliorés. Idem avec les fonds Feder  ». Pourquoi ? «  On a saupoudré l’argent  », on l’a «  dilué  », regrette Pierre-Yves Jeholet, qui indique souhaiter dans la mesure du possible «  prolonger le travail avec le CDH au-delà de 2019  ».

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous