Vaste campagne d’affichage menée cette nuit en Belgique pour dénoncer la politique migratoire

Durant la nuit de lundi à mardi, 300 activistes ont détourné des milliers d’espaces publicitaires dans des stations de métro, abribus et gares à travers tout le pays, pour y coller 2.100 affiches dénonçant la politique migratoire en vigueur. La campagne « Not in my name », expliquent-ils, «  est née d’une volonté de confronter les citoyens belges à l’ignominie des actions du gouvernement belge en matière migratoire, qui n’ont qu’un seul objectif, celui de faire disparaître les personnes migrantes, en les expulsant ou en les rendant invisibles  ».

Les activistes ont également distribué 7.000 accroche-portes dans les transports en commun afin de sensibiliser les navetteurs en faveur d’une politique migratoire digne et respectueuse des droits humains. La campagne d’affichage « Not in my name » s’est tenue à Bruxelles, Mons, Liège, Charleroi, Louvain, Verviers, Louvain-la-Neuve, Namur et Gand.

« La Belgique prive 1 % de sa population de droits fondamentaux »

«  Nous sommes convaincus que la plupart des citoyens belges manquent d’information concernant la politique migratoire de leur pays et ne cautionneraient pas les pratiques de leur gouvernement en connaissance de cause. Nous avons voulu rappeler la nécessité de regarder la réalité en face à travers trois faits injustes et révoltants qui sont invisibilisés par le gouvernement  », indiquent les organisateurs.

«  En notre nom, la Belgique prive 1 % de sa population de droits fondamentaux. Près de 150.000 personnes sans-papiers sont privées de droits et de la citoyenneté, condamnées à la clandestinité, confrontées à la répression, aux arrestations, à l’exploitation et à l’enfermement en centres fermés. Par ailleurs des citoyens hébergent aujourd’hui des migrants pour les protéger des rafles. Enfin, la Belgique enferme des enfants et des innocents, et le gouvernement belge prévoit de construire un nouveau centre fermé pour y enfermer des familles avec enfants mineurs  », ajoutent-ils.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Porsche est le premier constructeur allemand à renoncer à la technologie diesel, alors même que Volkswagen assure ne pas vouloir y renoncer tout comme ses concurrents BMW ou Daimler.

    Pourquoi Porsche a-t-il décidé de sortir du diesel?

  2. @News

    Le judo, ce sport de machos où les femmes continuent de s’affirmer

  3. Dans Sylvia, inspiré de la poétesse américaine Sylvia Plath (elle-même imprégnée de Virginia Woolf), neuf comédiennes (Valérie Bauchau, Clara Bonnet, Solène Cizeron, Vanessa Compagnucci, Vinora Epp, Léone François, Magali Pinglaut, Ariane Rousseau, Scarlet Tummers) et une chanteuse (An Pierlé) se retrouvent sur scène pour raconter la vie et l’œuvre de cette météorite à la vie tragique.

    «Sylvia» au National: «Il y a, encore aujourd’hui, des difficultés à être une femme créatrice»

Chroniques
  • La check-list des élections communales

    Dans trois semaines, nous allons voter pour les communales. Alors que les partis scruteront et interpréteront les résultats à travers la grille des prochaines élections nationales et européennes – quand bien même on verra localement des alliances impossibles à d’autres niveaux –, il faudrait peut-être rappeler que ce scrutin est important pour lui-même et que les enjeux, même locaux, sont de taille.

    Des potentats difficiles à contester

    J’ai longtemps cru que l’échelon local était le plus propice à la mise en œuvre d’une véritable démocratie, et que l’on pouvait aisément y mettre en œuvre des processus de démocratie délibérative ou participative. Les quelques chroniques que j’ai consacrées à des sujets communaux (sur certaines communes du BW) m’ont cruellement démenti ; dans de nombreux cas, ces communes sont les lieux où sévissent des potentats autoritaires, totalement...

    Lire la suite

  • Ceci n’est pas une politique

    On avait annoncé des mesures concrètes pour gérer la problématique des transmigrants sur le territoire belge. Et à quoi a-t-on eu droit ce vendredi ? A un chiffre. Le gouvernement va augmenter en deux phases le nombre de ceux qui seront placés en centres fermés. C’est une rustine que le gouvernement a placée, parasitée, noyautée, détournée par les petites phrases d’un certain Bart – Y a qu’à – De Wever.

    Lire la suite