Budget : gel des salaires en 2013 et 2014

Bernard Demonty et Maïlys Charlier
| mis à jour

Le Conseil des ministres restreint est parvenu lundi soir à un accord, concernant les salaires. En 2013 et 2014, il n’y aura pas d’augmentation au-delà de l’indexation.

  • ©Reuters
    ©Reuters

Ceci devrait permettre de résorber le handicap salarial de 0,9 % en 2013 et 2014. Pour la suite, aucun gel n’est prévu. Tout dépendra de l’évolution de ce handicap, qui pourrait être freiné notamment grâce aux réductions de charges des entreprises.

L'accord précise que l'indexation est maintenue, tout comme les hausses barémiques (ancienneté), mais il n'y aura aucune autre augmentation.

Avec ce premier accord important, le Conseil des ministres restreint se dirige vers un accord global sur le budget. Il devrait éclore dans la nuit.

Outre cette mesure, il y aura de nouvelles taxes, des réductions de dépenses publiques et des recettes non fiscales, comme une opération de régularisation des comptes non déclarés à l’étranger. De plus, un projet de compromis concernant la relance, l'emploi et la compétitivité circule sur la table des négociateurs.

Après s'être penchés sur les grands principes, les négociateurs devront se mettre d'accord sur le montant de l'enveloppe relative à la baisse des charges salariales dans les entreprises, l'un des moyens qui permet de réduire le handicap salarial. 

Vos réactions

Voir toutes les réactions

25. appache dit le 20/11/2012, 08:42

Concernant la relance économique, je trouve que l'on parle beaucoup trop de gel de salaire, alors que la part des interêts notionnels affectées à celle-ci n'est que de 130 millions d'euros. Si on veut un relance responsable, le montant de ceux-ci devraient être répartis pour les PME à concurance de minimum 800 millions, et supprimer pour les multi-nationale. si on touche aux salaires, voir d'abord ceux des députés et ministres (faire comme en france, députés 2500 euros et ministres 5000 euros). Aussi pourrait on réduire fortement l'indice de tension salariale entre les petits et gros salaires (inacceptable que des patrons gagnent 20 fois le salaire d'un employé).Comment pouvez-vous le justifier,

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
24. jeanziano dit le 20/11/2012, 07:35

Mencken Tout à fait d'accord. J'ai des connaissances fonctionnaires qui me disent que si ils travaillent à un rythme normal, le travail de toute la semaine est terminé le lundi.... alors

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 6
23. Mencken dit le 20/11/2012, 06:01

correction. allons-nous voir...

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 1 non 1
22. Mencken dit le 20/11/2012, 06:00

Ce qui est important. C'est de savoir quelles dépenses publiques seront supprimées ou réduites. Allons-voir moins de fonctionnaires ou moins de moyens d'action? C'est important parce que des fonctionnaires sans budget de fonctionnement coûtent très cher à la société civile sans rien apporter. Pour l'instant le mille-feuilles institutionnel (y compris les intercommunales) semble immunisé contre la rigueur budgétaire. Nous avons pourtant besoin plus d'économies structurelles que de mesurettes limitées dans le temps. Ce qui semble être le cas aujourd'hui.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 4 non 1
21. jeanziano dit le 20/11/2012, 05:42

Idée Et pourquoi ne pas penser autrement? Autoriser les employeurs à indexer les salaires mais aucune charges salariales ne serait appliquée sur ces augmentation dans un certain pourcentage et aucune imposition fiscales également pour les travailleurs sur ce pourcentage d'augmentation. Au moins cela augmenterait le pouvoir d'achat, contribuerait à la relance de l'économie et tout le monde serait content.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 2 non 0
Voir toutes les réactions »