150 migrants syriens accueillis en Belgique en 2018 par les communautés religieuses

© Pierre-Yves Thienpont | Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont | Le Soir

Une «déclaration d’intention» va être signée mercredi après-midi à Bruxelles par le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) et des représentants des cultes reconnus de Belgique, pour l’arrivée en 2018, grâce à des fonds privés, de 150 migrants syriens, qui ne seront pas hébergés par Fedasil après leur arrivée mais bien par différentes communautés religieuses.

Le projet, dit de «couloirs humanitaires», sera coordonné par la communauté laïque chrétienne de Sant’Egidio, qui s’en dit l’initiatrice. Il s’agira d’accueillir 150 personnes de nationalité syrienne, arrivées en Belgique depuis la Turquie et le Liban avec un visa humanitaire. «Une fois dans notre pays, elles pourront faire une demande d’asile et construire un nouvel avenir. Pendant la durée de la procédure de la demande d’asile, ils ne seront pas accueillis dans un centre de Fedasil, mais ils seront pris en charge par des communautés religieuses de toute la Belgique», précise la Communauté de Sant’Egidio, qui réplique ainsi en Belgique des accords déjà développés en Italie et en France.

Concrètement, Theo Francken «s’engage» à délivrer un visa humanitaire à 150 Syriens attendus en 2018, leur permettant de voyager en sécurité vers la Belgique où ils pourront faire une demande d’asile en bonne et due forme. Les candidats seront en effet «contrôlés à l’avance afin que les Autorités connaissent le profil des personnes qui vont venir en Belgique», selon les mots de Jan De Volder de la Communauté de Sant’Egidio, tels que relayés dans le communiqué de la Communauté.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous