Damso choisi pour l’hymne des Diables: une «provocation» pour sept associations féministes

Edition numérique des abonnés

Damso a été choisi pour composer l’hymne officiel des Diables rouges pour le Mondial 2018. Un choix qui fait polémique en raison des textes explicites du rappeur belge.

Dans une lettre adressée, sept associations féministes (1) demandent au président de l’Union belge de football de «  reconsidérer  » son choix. «  Que beaucoup d’entre nous écoutent à longueur de journée des chansons pop, rock, rap… sans écouter ni s’offusquer de paroles crues, voire plus, est une chose. Qu’une institution comme la vôtre – l’union royale belge ! – fasse un porte-drapeau d’un artiste à l’univers sexiste en est une autre  », peut-on lire.

«  En pleine affaire Weinstein et à quelques jours de la Journée mondiale pour l’élimination des violences faites aux femmes (25 novembre), cette erreur de casting est quasi une provocation  », estiment les associations féministes.

Le choix de Damso revient à banaliser le sexisme, ajoutent les signataires. «  Alors que les études montrent à quel point les stéréotypes de genre, les préjugés et le sexisme nourrissent les inégalités, les discriminations et les violences, l’Union belge de football contribue, par ce choix, à les perpétuer et les banaliser. »

Quelques jours après le Conseil des femmes francophones, les associations décernent à leur tour un « carton rouge » à l’Union belge.

(1) Les signataires : Pour les femmes cdH, son CA : la présidente Dorothée Klein, les vice-Présidentes Sandrine Cnapelinckx et Donatienne Portugaels, la secrétaire Sonia Janssen et Claire Stappaers. Pour le Conseil des femmes (CFFB), la présidente Viviane Teitelbaum. Pour Amazone, la présidente Valérie Tanghe et Ilse Haest. Pour Ecolo GT Egalité, Hélène Ryckmans. Pour la Maison Plurielle, la présidente Perrine Pigeon. Pour Garance, Irene Zeilinger. Pour AWSA, la présidente Noura Amer

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous