Le prix Rossel plébiscite Laurent Demoulin

Le prix Rossel 2017 a été décerné ce jeudi en fin de matinée à Laurent Demoulin, pour son roman Robinson , paru aux éditions Gallimard.

Le roman de Laurent Demoulin, maître de conférences (à l’Université de Liège) spécialiste notamment de Roland Barthes et Francis Ponge, a fait l’unanimité au cœur du jury. Qui salue l’humanité profonde d’un livre centré sur un enfant autiste (Robinson), raconté par son père, le narrateur et double de l’écrivain, lequel évoque une suite de situations, de tranches de vie quotidiennes, parfois dramatiques, parfois triviales, voire cocasses. Robinson : l’enfant n’a pas volé son prénom, isolé qu’il est en son île de l’autisme. Une île sauvage, une bulle privée de verbe, qui en fait un étranger au monde.

«  Ce n’est pas un livre, observe Pierre Mertens, président du jury. C’est un phénonème. C’est comme un roman d’amour, mais qui ne correspond alors pas du tout à l’image traditionnelle de ce qu’est un roman d’amour. C’est un roman d’initiation, qui nous introduit dans un monde étranger. Un livre débordant de bons sentiments, on pourrait s’en méfier, mais il est remarquablement équilibré et il ne nous laisse pas indemnes. Il nous parle d’un problème tragique, et en même temps il nous laisse dans l’allégresse. »

Robinson, premier roman du poète et essayiste, a été préféré aux oeuvres de Victoire de Changy (Une dose de douleur nécessaire), Zoé Derleyn (Le goût de la limace), Marcel Sel (Rosa) et Nathalie Skowronek (Un Monde sur mesure).

Edition numérique des abonnés

Pour le jury du Rossel, présidé par Pierre Mertens et composé de Thomas Gunzig, Michel Lambert, Ariane Le Fort, Isabelle Spaak, Jean-Luc Outers, Jean-Claude Van Troyen (responsable du supplément littéraire Les Livres du Soir), Daniel Couvreur (chef du service culture du Soir) ainsi que de deux libraires, Sophie Roelants (A livre ouvert, à Woluwe-Saint-Lambert) et Frédéric Neve (Décalonne, à Tournai), le choix fut limpide. Dans l’histoire du prix Rossel, entamée en 1938, c’est même l’une des décisions les plus rapides qu’on ait connues.

Le prix Rossel sera officiellement remis en début de soirée, à Bruxelles, au Palais de Charles de Lorraine, en présence du parrain 2017 du prix, le créateur de bande dessinée Yslaire.

@Le Soir

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite