Le Magasin 4 doit fermer à l’automne 2018

Les amateurs du Magasin 4 espéraient que les autorités changent d’avis.
Les amateurs du Magasin 4 espéraient que les autorités changent d’avis. - JUles Toulet.

Triste nouvelle à laquelle il fallait pourtant se préparer. La salle de concert du Magasin 4 risque de fermer définitivement. Elle doit quitter les lieux qu’elle occupe, sur l’avenue du Port, en face de Tour & Taxis, pour le 1er  novembre de l’année prochaine. C’est ce qu’a confirmé Benoît Hageman, l’un des administrateurs du Magasin 4, sur les ondes de la très pointue émission consacrée au rock indépendant Kool Strings (sur la radio liégeoise 48 FM). « Nous aurons probablement une fin de programmation fin juin, peut-être quelques concerts en septembre encore, mais le 1er novembre, notre contrat de location précaire prend fin. »

Ceci n’est pas une surprise, même si les nombreux amateurs du Magasin 4 espéraient que les autorités changent d’avis. Il faut dire qu’il s’agit d’une salle à part, il n’existe pas d’autre lieu si grand (jusqu’à 500 personnes) consacré à la musique alternative, (punk, métal, noise, etc.) sans se soucier des modes, pour des prix dérisoires et toujours avec un esprit bon enfant, véhiculé par les bénévoles qui participent à la vie de la salle. Ce depuis plus de 20 ans.

Mais voilà, comme le rappelle l’administrateur dans l’émission Kool Strings, en précisant qu’il n’y a « aucun vice caché » dans cette décision politique, le bail était précaire. La salle, qui, de l’extérieur, ressemble à un hangar inoccupé, est ici depuis 2010. Avant, elle se situait rue du Magasin, au numéro 4 (d’où le nom), dans le centre, et avait déjà dû déménager. La Ville, qui avait aidé le Magasin 4 à trouver ce nouvel emplacement sur l’avenue du Port, les avait bien prévenus: cela ne devait durer qu’un temps.

En effet, la Région prévoit depuis plusieurs années de réaménager ce quai le long du canal pour en faire un parc et une plaine de jeux pour les nouveaux logements qui se développent ou sont en projet sur toute cette zone du canal. Un choix qui a des conséquences directes sur la culture alternative de la capitale.

Il n’y a pas que le Magasin 4 qui sera impacté par cette décision. L’Allée du Kaai, cette structure culturelle installée juste à côté, va elle aussi disparaître. Adieu donc ateliers de menuiserie, rampes de skate, salle de concert du Barlok, salle pour les jeunes du quartier. Gérée par l’ASBL Toestand, l’Allée du Kaai avait signé une convention temporaire avec Bruxelles Environnement, qui comptait dynamiser les lieux avant que tous les hangars soient rasés pour faire le fameux parc. Felix Aerts, coordinateur de l’Allée du Kaai, indique qu’eux aussi ont reçu une date de départ et qu’une réunion est prévue prochainement avec les autorités. En attendant, Toestand souhaite peu parler.

De cette réunion avec la Région pourrait dépendre d’éventuelles actions de la part des lieux ou de leurs habitués. Mais dans les faits, la Région a le droit de leur demander de quitter les lieux, c’était convenu. Reste un goût amer, autant pour les porteurs des projets, les bénévoles et le public. Le Magasin 4 n’a pas trouvé d’autre endroit pour accueillir ses activités pour le moment. Une fermeture définitive est donc à craindre. Néanmoins, le cabinet de la ministre Céline Fremault (CDH) nous indique que la Région cherche bel et bien à trouver une nouvelle adresse pour reloger la salle de concerts.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Porsche est le premier constructeur allemand à renoncer à la technologie diesel, alors même que Volkswagen assure ne pas vouloir y renoncer tout comme ses concurrents BMW ou Daimler.

    Pourquoi Porsche a-t-il décidé de sortir du diesel?

  2. @News

    Le judo, ce sport de machos où les femmes continuent de s’affirmer

  3. Dans Sylvia, inspiré de la poétesse américaine Sylvia Plath (elle-même imprégnée de Virginia Woolf), neuf comédiennes (Valérie Bauchau, Clara Bonnet, Solène Cizeron, Vanessa Compagnucci, Vinora Epp, Léone François, Magali Pinglaut, Ariane Rousseau, Scarlet Tummers) et une chanteuse (An Pierlé) se retrouvent sur scène pour raconter la vie et l’œuvre de cette météorite à la vie tragique.

    «Sylvia» au National: «Il y a, encore aujourd’hui, des difficultés à être une femme créatrice»

Chroniques
  • La check-list des élections communales

    Dans trois semaines, nous allons voter pour les communales. Alors que les partis scruteront et interpréteront les résultats à travers la grille des prochaines élections nationales et européennes – quand bien même on verra localement des alliances impossibles à d’autres niveaux –, il faudrait peut-être rappeler que ce scrutin est important pour lui-même et que les enjeux, même locaux, sont de taille.

    Des potentats difficiles à contester

    J’ai longtemps cru que l’échelon local était le plus propice à la mise en œuvre d’une véritable démocratie, et que l’on pouvait aisément y mettre en œuvre des processus de démocratie délibérative ou participative. Les quelques chroniques que j’ai consacrées à des sujets communaux (sur certaines communes du BW) m’ont cruellement démenti ; dans de nombreux cas, ces communes sont les lieux où sévissent des potentats autoritaires, totalement...

    Lire la suite

  • Ceci n’est pas une politique

    On avait annoncé des mesures concrètes pour gérer la problématique des transmigrants sur le territoire belge. Et à quoi a-t-on eu droit ce vendredi ? A un chiffre. Le gouvernement va augmenter en deux phases le nombre de ceux qui seront placés en centres fermés. C’est une rustine que le gouvernement a placée, parasitée, noyautée, détournée par les petites phrases d’un certain Bart – Y a qu’à – De Wever.

    Lire la suite