La neutralité du Net expliquée en 3 minutes (vidéo)

Edition numérique des abonnés

Aux Etats-Unis, la Commission fédérale des communications (FCC) a abrogé jeudi le principe de «neutralité du net», estimant qu’elle constitue un frein aux investissements, alors que ses détracteurs dénoncent une décision qui permettrait la création d’un «internet à deux vitesses».

La neutralité, c’est quoi ?

Le principe était d’obliger les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) à traiter les contenus de manière égalitaire.

Les défenseurs de la neutralité dénoncent une décision qui va affecter les plus pauvres ou les petits entrepreneurs, avec des abonnements plus chers pour un débit plus rapide ou le blocage de certains services concurrents, dans la vidéo à la demande, la téléphonie par internet ou les moteurs de recherche.

Mais pour la FCC, les règles actuelles assimilent les opérateurs de télécommunications à des services publics et empêchent les investissements dans de nouveaux services qui ont besoin du haut-débit, comme les vidéo-conférences, la télémédecine et les véhicules connectés.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jusqu’à 27
% des conducteurs contrôlés positifs à l’alcool sont de nationalité française à Couvin et Viroinval.

    «Alcool au volant» : quelles communes sont les mauvaises élèves ? (carte interactive)

  2. «
Si le marché n’est pas sûr que l’on pourra fournir l’électricité nécessaire, il s’énervera, les prix monteront. Il faut éviter cela. Comment
? Il est important de rassurer. Le rôle de la ministre.
» © Photo News.

    Bert Wollants (N-VA): «Marghem ne doit pas chercher des coupables, mais trouver des solutions»

  3. Le decret sur la sécurité et l’immigration a été adopté ce lundi. Mais l’exécutif fait de la résistance et le budget ne pourra pas suivre.

    Italie: les projets de l’extrême droite se confrontent à la réalité

Chroniques
  • Lettre du Brexit: ode au Parlement britannique

    Par Marc Roche

    A Londres, le mot « respect » est utilisé par les gangs d’origine antillaise pour justifier leurs sanglants règlements de compte. Que la Première ministre britannique, Theresa May, ait recours à cette terminologie des ghettos de la capitale pour dénoncer l’absence d’égards de l’Union européenne envers son pays après l’humiliation subie lors du conseil européen de Salzbourg souligne son profond désarroi. La cheftaine de la droite est revenue à la case départ après le rejet, le 21 septembre, par les Vingt-Sept de son plan de Chequers prévoyant la création d’une zone de libre-échange pour les biens industriels et les produits agricoles, avec des règles communes.

    Jouer les prolongations

    «  Le conseil européen de Salzbourg ne change rien à l’équation fondamentale : les deux camps souhaitent un accord. Mme May veut protéger l’économie britannique et rester au 10...

    Lire la suite