Google et les éditeurs belges enterrent la hache de guerre

J.-F. M.
| mis à jour

C’est la fin d’une longue saga qui a sonné vendredi, avec la signature d’un accord, officialisé aujourd’hui, entre les éditeurs de presse francophones belges et le géant de l’Internet Google. Celui-ci s’est engagé à rembourser les frais de justice aux éditeurs belges.

  • ©AFP
    ©AFP

Les éditeurs de presse, les sociétés de droits d’auteur et Google enterrent la hache de guerre. Après six ans de bataille juridique, les trois parties ont annoncé ce mercredi une série d'accords qui mettent fin à leurs procédures judiciaires. On solde le passé tout d’abord.

Google s’engage à rembourser tous les frais de justice des plaignants (le montant reste confidentiel) et à abandonner sa procédure devant la cour de cassation. Les éditeurs et les sociétés de droits d’auteur renoncent de leurs côtés à leurs demandes de dédommagement et aux astreintes. L’accord est surtout tourné vers l’avenir. Les éditeurs de presse francophones belges travailleront en partenariat avec Google afin de générer des opportunités commerciales

liées au contenu en ligne. L'objectif est de stimuler la fréquentation des sites, augmenter la participation des utilisateurs ainsi que les revenus générés sur les sites des éditeurs.

 

Le début des procédures judiciaires remonte à 2006. Les éditeurs de presse francophones belges, représentés par Copiepresse, et les auteurs représentés par la SAJ et Assucopie, estimaient en effet que Google transgressait leurs droits d'auteurs en reprenant des morceaux d’articles dans le service Google News et en les gardant dans sa mémoire cache. Par deux fois, les juges avaient donné raison aux éditeurs et obligé Google à retirer les articles de ses

services. Récemment, Google avait porté l'affaire devant la Cour de Cassation.

 

Google et les éditeurs vont donc maintenant travailler main dans la main afin d’enrichir la presse numérique. Les parties ont convenu d'utiliser leurs médias respectifs pour promouvoir les services offerts par chacun d’eux. Par exemple, par l’optimisation des campagnes AdWords afin d'attirer les lecteurs sur les sites d'informations et de la publicité pour les services de Google dans les médias des éditeurs. En plus de ces partenariats, la fin des

procédures signifie aussi le grand retour des articles des journaux francophones belges sur Google News (mais pas dans le cache). Précision importante, Google est resté sur ses positions et ne paiera rien aux éditeurs pour la reprise de ces articles.

« En 2006, les éditeurs francophones belges n'avaient pas de personne de contact chez Google en Belgique et n'avaient pas une vision claire des intentions de Google sur ce marché lors du lancement de Google News », explique François Le Hodey, patron d’IPM et représentant des éditeurs. « Aujourd'hui, surtout depuis l'arrivée d'une nouvelle direction Google en Belgique, une relation plus constructive a été construite, ouvrant la porte à de nouvelles synergies ».

« Nous sommes très heureux de pouvoir mettre de côté les divergences du passé », a réagi de son côté Thierry Geerts, directeur de Google Belgique. « En partenariat avec l’industrie de l’édition, nous pourrons aller plus loin et c’est avec impatience que nous attendons la mise en œuvre de nouveaux produits qui généreront des revenus et aideront le secteur de la presse à prospérer sur Internet ».

Osez la rencontre !