Les fabricants de cigarettes accusés de mentir sur les taux de nicotine et de goudron

© AFP
© AFP

Tricher sur les taux de goudrons et de nicotine grâce à de minuscules trous dans les filtres: c’est ce dont le Comité national contre le tabagisme (CNCT) accuse les quatre grands fabricants de cigarettes, visés par une plainte.

«Notre objectif, c’est qu’on en parle et que les Français comprennent quel est le comportement de cette industrie», a déclaré vendredi à l’AFP le professeur Yves Martinet, président du CNCT, une association de lutte contre le tabac. «Le but de cette industrie, c’est de rendre les gens accros à la nicotine pour qu’ils reviennent acheter leur drogue».

De minuscules trous en cause

La plainte pour «mise en danger de la vie d’autrui» vise les filiales françaises des quatre grands cigarettiers, Philip Morris, British American Tobacco, Japan Tobacco International et Imperial Brands.

Objet de la plainte: «l’existence de minuscules trous» dans les filtres de cigarettes destinés à «falsifier les tests» en agissant comme un «système de ventilation invisible», selon la plainte consultée par l’AFP.

«Ce dispositif de micro-orifices dans le filtre des cigarettes empêche les autorités de savoir si les seuils de goudron, de nicotine et de monoxyde de carbone qu’elles ont fixés sont dépassés», fait valoir le CNCT, qui dénonce un «filtergate» (scandale des filtres).