Solvay va créer un centre de recherches à Bruxelles

Jean-Pierre Clamadieu, CEO de Solvay.
Jean-Pierre Clamadieu, CEO de Solvay. - Dominique Duchesnes

Il est l’artisan de la transformation de Solvay. Jean-Pierre Clamadieu a annoncé au Soir, en pleine actualité autour de Brussels Airlines, la reconstruction du quartier général du groupe à Bruxelles, et la création d’un centre de recherches. Dans un premier temps avec le concours des universités. Ensuite des entreprises. Avec des retombées inévitables sur l’emploi en Belgique…

Une grande question qui se pose au regard de l’actualité autour de Brussels Airlines  : quid de l’ancrage belge de Solvay ?

L’ancrage belge il est essentiel. L’histoire du groupe, c’est une histoire qui a commencé en Belgique. Le groupe a cette particularité d’être contrôlé par un groupe d’actionnaires familiaux qui, pour la plupart, sont résidents belges, ce qui crée un lien fort entre le pays et Solvay. Solvay, c’est aussi le lieu où se trouve notre quartier général. Et on a un certain nombre de projets qu’on détaillera dans les prochains mois qui vont dans le sens d’un renforcement de cet ancrage belge, de notre présence à Neder-Over-Heembeek. Nous avons un beau campus, nous avons un ensemble immobilier qui n’est sans doute pas complètement aligné avec les meilleures pratiques, pour ce qui est des espaces de travail d’une entreprise comme la nôtre, et donc, nous avons lancé un projet…

Vous en dites trop ou pas assez…

Concrètement, nous avons lancé un projet d’architectes pour construire un siège, sur le même site, qui soit à la hauteur d’un groupe comme Solvay. Dans le même temps, nous souhaitons y renforcer nos activités de recherche. Une recherche plus ouverte que ce qu’elle n’a été jusqu’à présent, tournée vers les entités environnantes. J’ai rencontré les recteurs de deux universités de Bruxelles, et au-delà…

Vous pensez à une sorte de cluster, avec lien vers les pôles universitaires, et aussi les entreprises ?

On a quelques modèles en région lyonnaise, dans lesquelles le groupe a ouvert sa recherche, vers d’autres partenaires, public (comme le FRNS) et des universités ; c’est un modèle qu’on n’a pas encore mis en œuvre ici mais on aimerait y arriver. On va renforcer nos activités dans le domaine des matériaux, c’est une priorité pour le groupe, sur notre site de Bruxelles, et nous souhaiterions attirer des partenariats sous diverses formes. Dans un premier temps, on se tournera vers l’universitaire autour de nos laboratoires, mais il y a aussi pas mal d’immobilier disponible sur notre site. On pourrait donc imaginer d’autres types de collaborations pour faire un cluster technologique dans cette partie nord de Bruxelles.

Dans son entretien au Soir, il évoque également les voitures électriques ou le partenariat du groupe avec Apple. Un entretien à lire sur Le Soir+.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous