La CGSP a déposé un préavis de grève à la Stib, qui prendra cours le 19 février

©Dominique Rodenbach / Le Soir
©Dominique Rodenbach / Le Soir

La CGSP Tram-Bus-Metro a déposé un préavis de grève à la Stib qui prendra cours à partir du 19 février, a indiqué lundi le syndicat socialiste, confirmant une information de La Capitale (Sudpresse). Elle dénonce notamment le «  climat social  » qui régnerait dans les différentes Business Unit (BU) de l’entreprise publique et un «  gaspillage de l’argent du contribuable  », qui se compterait, selon elle, en centaines de milliers d’euros. Une réunion avec la direction est prévue mercredi et le syndicat espère y aboutir à un accord, même s’il ne se montre pas optimiste.

La CGSP dénonce de nombreux manquements, notamment en termes de matériel, mais aussi de multiples projets au sein de l’unité ’Field Support’, une des principales unités de la Stib, qui doit notamment assurer la qualité et la sécurisation du parcours du client et la sécurisation du personnel.

La CGSP s’en prend au directeur

Elle s’en prend plus particulièrement au directeur de cette unité, entré en fonction en 2013. «  Il a tout changé depuis son arrivée et cela a coûté des centaines de milliers d’euros, avec l’argent du contribuable  », dénonce Morad Essaouiki, porte-parole du syndicat dans ce dossier. «  Et après quatre ans, il veut tout recommencer. Tout le personnel impliqué se retrouve dès lors sans rien et en a marre  », explique-t-il.

La CGSP évoque une personne «  bornée, protégée, qui passe outre les conventions collectives et détourne des lois  » et assure disposer d’un dossier s’appuyant sur des éléments fiables et des chiffres concrets.

Aux yeux de son représentant, l’argent public «  gaspillé  » pourrait plutôt être utilisé pour augmenter les fréquences des véhicules de la Stib, en améliorer le confort et renforcer la sécurité sur le réseau.

Une grève au bénéfice du voyageur et du citoyen

Le syndicat assure que si grève il y a, elle se fera au bénéfice du voyageur et du citoyen bruxellois. D’ici là, une réunion avec la direction est prévue mercredi. «  Nous voulons y aboutir à un accord et ne pas en arriver à faire grève  », affirme M. Essaouiki, ne se disant cependant pas optimiste sur l’attitude de la direction.

La Stib confirme, quant à elle, le dépôt du préavis de grève mais ne souhaite pas s’exprimer davantage, privilégiant la négociation.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous