Procès Abdeslam: «Chacun à sa place», scande le Conseil supérieur de la justice

©Reuters
©Reuters

Ce lundi, le Conseil supérieur de la justice (CSJ) a suggéré qu’au lieu de «  créer la cacophonie à tous les étages  », et si «  chaque pouvoir restait dans son rôle et pratiquait le respect mutuel ?  »

«  Une place pour chacun et chacun à sa place  ». Le CSJ a envoyé lundi un communiqué pour, d’après les précisions de sa présidente Magali Clavie, «  siffler la fin de la récréation, au terme d’une semaine particulièrement chargée en déclarations peu nuancées  ».

«  Ministres, parlementaires et magistrats ont le devoir d’exercer leurs pouvoirs respectifs. Ils ont aussi celui de l’honorer, chacun, avec dignité et l’interdiction de l’outrepasser ou d’empiéter de quelque façon que ce soit sur ceux qui ne lui appartiennent pas  », déclare dans ce communiqué le bureau du CSJ, qui «  déplore de devoir rappeler de telles évidences  ».

L’instance ne pointe du doigt aucune personne en particulier

L’instance ne souhaite pointer du doigt aucune personne en particulier. Mais sa communication fait évidemment suite aux critiques adressées par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon à l’avocat de Salah Abdeslam, Sven Mary.

Récemment, différents magistrats ont par ailleurs critiqué ouvertement le pouvoir politique. Citons le président du tribunal de première instance de Bruxelles Luc Hennart, la présidente de l’Association syndicale des magistrats Manuela Cadelli ou encore le premier président de la cour de cassation Jean de Codt.

«  On a l’impression d’assister à une escalade  », analyse en tout cas Mme Clavie. «  Chacun a le droit de s’exprimer mais il faut faire attention à ne pas mettre en cause la crédibilité d’un autre pouvoir. On ne peut pas revendiquer la séparation des pouvoirs et en même temps revendiquer le pouvoir de l’autre. » Le CSJ craint notamment que certaines déclarations donnent l’image d’une justice politisée.

Composée de 44 membres, magistrats ou non, cette institution est chargée de sélectionner les magistrats en vue d’une nomination et d’exercer un contrôle externe sur la justice.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Porsche est le premier constructeur allemand à renoncer à la technologie diesel, alors même que Volkswagen assure ne pas vouloir y renoncer tout comme ses concurrents BMW ou Daimler.

    Pourquoi Porsche a-t-il décidé de sortir du diesel?

  2. @News

    Le judo, ce sport de machos où les femmes continuent de s’affirmer

  3. Dans Sylvia, inspiré de la poétesse américaine Sylvia Plath (elle-même imprégnée de Virginia Woolf), neuf comédiennes (Valérie Bauchau, Clara Bonnet, Solène Cizeron, Vanessa Compagnucci, Vinora Epp, Léone François, Magali Pinglaut, Ariane Rousseau, Scarlet Tummers) et une chanteuse (An Pierlé) se retrouvent sur scène pour raconter la vie et l’œuvre de cette météorite à la vie tragique.

    «Sylvia» au National: «Il y a, encore aujourd’hui, des difficultés à être une femme créatrice»

Chroniques
  • La check-list des élections communales

    Dans trois semaines, nous allons voter pour les communales. Alors que les partis scruteront et interpréteront les résultats à travers la grille des prochaines élections nationales et européennes – quand bien même on verra localement des alliances impossibles à d’autres niveaux –, il faudrait peut-être rappeler que ce scrutin est important pour lui-même et que les enjeux, même locaux, sont de taille.

    Des potentats difficiles à contester

    J’ai longtemps cru que l’échelon local était le plus propice à la mise en œuvre d’une véritable démocratie, et que l’on pouvait aisément y mettre en œuvre des processus de démocratie délibérative ou participative. Les quelques chroniques que j’ai consacrées à des sujets communaux (sur certaines communes du BW) m’ont cruellement démenti ; dans de nombreux cas, ces communes sont les lieux où sévissent des potentats autoritaires, totalement...

    Lire la suite

  • Ceci n’est pas une politique

    On avait annoncé des mesures concrètes pour gérer la problématique des transmigrants sur le territoire belge. Et à quoi a-t-on eu droit ce vendredi ? A un chiffre. Le gouvernement va augmenter en deux phases le nombre de ceux qui seront placés en centres fermés. C’est une rustine que le gouvernement a placée, parasitée, noyautée, détournée par les petites phrases d’un certain Bart – Y a qu’à – De Wever.

    Lire la suite