Procès Abdeslam: «Chacun à sa place», scande le Conseil supérieur de la justice

©Reuters
©Reuters

Ce lundi, le Conseil supérieur de la justice (CSJ) a suggéré qu’au lieu de «  créer la cacophonie à tous les étages  », et si «  chaque pouvoir restait dans son rôle et pratiquait le respect mutuel ?  »

«  Une place pour chacun et chacun à sa place  ». Le CSJ a envoyé lundi un communiqué pour, d’après les précisions de sa présidente Magali Clavie, «  siffler la fin de la récréation, au terme d’une semaine particulièrement chargée en déclarations peu nuancées  ».

«  Ministres, parlementaires et magistrats ont le devoir d’exercer leurs pouvoirs respectifs. Ils ont aussi celui de l’honorer, chacun, avec dignité et l’interdiction de l’outrepasser ou d’empiéter de quelque façon que ce soit sur ceux qui ne lui appartiennent pas  », déclare dans ce communiqué le bureau du CSJ, qui «  déplore de devoir rappeler de telles évidences  ».

L’instance ne pointe du doigt aucune personne en particulier

L’instance ne souhaite pointer du doigt aucune personne en particulier. Mais sa communication fait évidemment suite aux critiques adressées par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon à l’avocat de Salah Abdeslam, Sven Mary.

Récemment, différents magistrats ont par ailleurs critiqué ouvertement le pouvoir politique. Citons le président du tribunal de première instance de Bruxelles Luc Hennart, la présidente de l’Association syndicale des magistrats Manuela Cadelli ou encore le premier président de la cour de cassation Jean de Codt.

«  On a l’impression d’assister à une escalade  », analyse en tout cas Mme Clavie. «  Chacun a le droit de s’exprimer mais il faut faire attention à ne pas mettre en cause la crédibilité d’un autre pouvoir. On ne peut pas revendiquer la séparation des pouvoirs et en même temps revendiquer le pouvoir de l’autre. » Le CSJ craint notamment que certaines déclarations donnent l’image d’une justice politisée.

Composée de 44 membres, magistrats ou non, cette institution est chargée de sélectionner les magistrats en vue d’une nomination et d’exercer un contrôle externe sur la justice.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite