Une fausse victime du 13-Novembre jugée en mars pour escroquerie

Edition numérique des abonnés

Elle s’était fait passer pour une victime du 13-Novembre, avait touché 25.000 euros d’indemnisation et avait même été embauchée par une association de victimes : une femme sera jugée le 22 mars à Créteil pour escroquerie.

Florence, 49 ans, jugée mercredi en comparution immédiate, a sollicité un renvoi pour préparer sa défense. Interpellée la veille, la prévenue, cheveux roses et visage impassible, n’a pas exprimé de regrets lors de cette première audience. Le tribunal a décidé de la maintenir en détention.

« Pas de vérification à l’époque »

Le 16 février 2016, Florence, bracelet électronique à la cheville car déjà condamnée à trois reprises pour escroquerie, avait raconté « avec force détails », selon un policier, l’attaque du Bataclan. En sa possession, une facture pour deux places de concert, falsifiée à partir de documents récupérés auprès de membres de l’association de victimes Life for Paris (LFP), dont elle a été salariée pendant neuf mois. «  À l’époque où on ne faisait pas de vérification  », se souvient Caroline Langlade, son ancienne présidente.

Grâce à ce justificatif, l’affabulatrice, qui vit avec sa mère à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), a obtenu 25.000 euros du Fonds de garantie des victimes de terrorisme et autres infractions pénales (FGTI) et plus de 13.000 euros de l’Assurance maladie. Elle a également tenté de berner la mairie de Paris, auprès de laquelle elle a demandé un logement social, en vain.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous