René Collin sur l’affaire Veviba: «C’est un problème lié à l’industrie»

René Collin. © Belga
René Collin. © Belga

Gravité et inquiétude ». Le ministre wallon de l’Agriculture René Collin (CDH) a été informé par les autorités fédérales et l’Afsca de l’évolution du dossier Veviba. « La priorité est d’assurer une information transparente et totale aux consommateurs, dit-il. C’est de la responsabilité de l’Afsca. De leur côté, les grandes chaînes de distribution ont déjà commencé à informer leurs clients et à retirer des produits de leurs rayons ».

La seconde priorité, poursuit Collin, est de venir en appui aux éleveurs et à la filière bovine. « Notre agriculture est extensive ; les OGM et les hormones sont interdits, l’utilisation d’antibiotiques a été drastiquement réduite. Nous avons les pratiques les plus strictes en matière de bien-être animal. Mais les éleveurs vont de nouveau subir des difficultés dont ils ne sont pas responsables. Le problème que nous connaissons aujourd’hui est lié à l’industrie ! »

Manager de crise

Vu le retrait de l’agrément dont l’atelier de découpe de l’abattoir de Bastogne a fait l’objet, il faut par ailleurs, insiste Collin, « assurer la disponibilité d’un outil de remplacement pour valoriser le bétail qui va être abattu ». Enfin, explique le ministre, il faudra prendre des mesures pour que l’outil de Bastogne soit à nouveau opérationnel le plus vite possible dans le respect des normes.

Jeudi matin, le gouvernement a désigné un manager de crise au sein de la Sogepa, le bras financier de la Région. Il sera en contact avec Veviba, l’Afsca et les autorités wallonnes et dressera une « feuille de route » pour un rapide retour à la normale.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite