Di Rupo : le discours du Roi, un message « humaniste »

Rédaction en ligne
| mis à jour

Mis en cause par les observateurs et les politiques du Nord du pays après le message de Noël du Roi Albert II, Elio Di Rupo vole au secours du Palais et qualifie le discours de « généreux et préventif ».

  • BELGA
    BELGA

Voici le texte du communiqué du Premier ministre Elio Di Rupo, qui fait état de la polémique née du message royal de ce 24 décembre, et de la réaction des observateurs flamands qui remettent en cause la neutralité linguistique du souverain.

La VRT rapporte en outre sur son site, ce mercredi, que les deux vice-premiers, Johan Vande Lanotte (SP.A) et Steven Vanackere ( CD&V) n'ont pu prendre connaissance du texte du discours avant que le Roi ne le prononce, ce qu'aucun des deux, contacté par Le Soir, ne juge choquant. (A lire dans Le Soir de ce mercredi)

 

« Le Roi a formulé dans son discours de Noël des messages humanistes, généreux et à portée universelle.

Il a souhaité que l’on réfléchisse ensemble à l’attitude à tenir face aux difficultés économiques et aux pertes d’emplois. L’emploi est d’ailleurs sa principale préoccupation. Il a formulé sur ce point diverses pistes de solutions :

1. Unir nos forces, pour présenter des réponses crédibles aux défis de l’emploi.

2. Rétablir graduellement et de manière soutenable, à tous les niveaux, l’équilibre de nos finances publiques.

3. Pour les pays de la zone euro, poursuivre le nécessaire redressement budgétaire tout en organisant une relance équilibrée.

4. Avoir une attention spéciale pour les plus vulnérables.

5. Rester ouvert à ce qui se passe dans le reste du monde.

Il a aussi exprimé un sentiment de crainte, se référant à des réalités historiques qui n’ont pas contribué à développer des solutions en matière économique et en termes de création d’emplois. Il n’a cité aucun parti en particulier.

Il ne vise pas davantage une formation politique particulière en demandant, à juste titre, aux citoyens de se montrer lucides face aux discours populistes qui désignent des boucs émissaires à la crise ; ou en indiquant que ces discours populistes existent aujourd’hui chez nous comme dans de nombreux pays européens.

Que le Roi s’autorise à attirer l’attention de ses concitoyens est une attitude que l’on peut aisément comprendre de la part du chef de l’Etat.

Le discours du Roi est, comme toujours, couvert par le gouvernement. Il ne s’agit ni d’un discours du gouvernement, ni d’un discours du Premier ministre lui-même, mais bien du discours du chef de l’Etat à l’occasion des fêtes de fin d’année. Le discours du Roi s’inscrit dans le prolongement de nombre de ses discours précédents, généreux et préventifs, tous couverts par les différents gouvernements. »

Vos réactions

Voir toutes les réactions

127. Espresso dit le 27/12/2012, 23:34

kaoti: Jamais un président de parti flamand n'a autant excité la haine entre les communautés. A part peut-être des Karel Dillen ou des Filip Dewinter. Si de Wever sa plaint que le roi n'a pas de discours qui rassemble, que fait-il lui avec la NVA pour rassembler les communauté de ce pays ? Niks. C'est un donneur de leçons faciles. Son avis ne vaut rien.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
126. Mundele dit le 27/12/2012, 17:38

@kaoki, votre analyse me fait penser à de la casuistique jésuitique...et en la ponctutant d'une expression latine , vous confirmer mon impression... de bla bla bla bla qu'on peut utiliser tout aussi bien pour démontrer l'inverse !

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 0 non 0
125. Labrador dit le 27/12/2012, 15:43

Cette critique des risques "populistes" circule massivement dans les médias de tous les pays en crise. En Belgique cette critique a une portée très différente à cause de la situation particulière des partis actuellement. On aurait voulu lancer une peau de banane au souverain que l'on aurait pas fait mieux.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 2 non 2
124. Cantinaelfarolito dit le 27/12/2012, 14:21

(123)kaoti. N'essayez pas de responsabiliser le roi et le premier ministre cocernant les dérives nationalistes de la N-VA. C'est BDW qui n'a jamais arrêté de vous vendre sa propagande nationaliste avec sa panoplie d'insultes en direction de la minorité francophone.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 1 non 2
123. kaoti dit le 27/12/2012, 13:36

Jamais auparavant un premier ministre est autant responsable pour avoir replongé son pays dans ses conflits communautaires. Il ne se rend même pas compte à quel point le discours du roi a fragilisé les partis traditionnels flamands qui se trouvent à présent dans une position encore plus pénible. Il est aussi très étonnant de constater que tout d'un coup l'opinion publique francophone (normalement de tendance socialiste) est plus que jamais royaliste et en contraste avec les médias flamands. Que la logique "Reductio ad Textorem" est utilisé par notre roi explique d'ou vient l'intellect princier.

Signaler un abus

Message constructif ?

oui 4 non 2
Voir toutes les réactions »