La N-VA redoute les conséquences financières des départs anticipés pour cause de pénibilité du travail

©D.R.
©D.R.

La N-VA a mis en garde mercredi contre les conséquences financières potentiellement négatives d’un départ anticipé à la retraite pour cause de travail pénible.

«  On peut partir plus tôt à la pension, mais la question est de savoir si l’on bénéficiera alors d’une pension complète  », a réagi le parti après la publication d’un article dans la presse flamande faisant état de la possibilité de voir le métier d’enseignant intégré dans la liste des métiers pénibles.

Le parti de Bart De Wever ne souhaite pas prendre position sur le caractère pesant ou non du métier de prof, mais dit s’inquiéter que les personnes exerçant un métier pénible bénéficient en fin de compte d’une pension plus basse.

Une enveloppe budgétaire constituée

La N-VA rappelle qu’une enveloppe budgétaire a été constituée pour les pensions de ces professions pénibles. Il appartient à présent aux partenaires sociaux d’élaborer la liste des métiers jugés lourds.

Si cette liste est trop longue, l’enveloppe sera alors vite épuisée, souligne toutefois le parti. «  Inclure trop de professions ne fonctionnera pas  », insiste-t-on dans les rangs de la N-VA, tout en précisant que rien n’a encore été décidé au sein du gouvernement à ce sujet.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous