La mode des SUV aggrave la pollution

Dans un rapport rendu public ce mardi, l’ONG Transport & Environment a cherché à comprendre pourquoi, bien que les moteurs de voitures soient de plus en plus performants, nous ne parvenons pas à réduire les émissions de CO2. Celles-ci, depuis 1990, ont en effet augmenté de plus de 10 % au sein de l’Union européenne. La réponse est simple : nos voitures sont, en moyenne, plus grosses, plus lourdes et plus puissantes. Ainsi, le poids moyen d’une voiture vendue en Europe est passé de 1.268 kg en 2001 à 1.392 kg en 2016 – soit + 10 % en quinze ans.

Cette hausse du poids moyen reflète la vogue des SUV (Sport Utility Vehicles). Plus hauts, plus larges, ils pèsent en général un quart de tonne de plus qu’un véhicule cinq portes classique, et présentent de moins bonnes performances aérodynamiques. Mais choisir un SUV n’est pas un cadeau pour l’environnement : plus la masse d’un véhicule est élevée, plus il faut d’énergie pour le mouvoir. Autrement dit : plus de carburant, et donc de pollution. Au premier trimestre 2018, près de 57.000 SUV ont été immatriculés en Belgique, soit 34 % des immatriculations totales de voitures neuves.

► La Belgique est à la pointe du mouvement, toutes nos informations dans l’analyse sur Le Soir+.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous