La mode des SUV aggrave la pollution

Dans un rapport rendu public ce mardi, l’ONG Transport & Environment a cherché à comprendre pourquoi, bien que les moteurs de voitures soient de plus en plus performants, nous ne parvenons pas à réduire les émissions de CO2. Celles-ci, depuis 1990, ont en effet augmenté de plus de 10 % au sein de l’Union européenne. La réponse est simple : nos voitures sont, en moyenne, plus grosses, plus lourdes et plus puissantes. Ainsi, le poids moyen d’une voiture vendue en Europe est passé de 1.268 kg en 2001 à 1.392 kg en 2016 – soit + 10 % en quinze ans.

Cette hausse du poids moyen reflète la vogue des SUV (Sport Utility Vehicles). Plus hauts, plus larges, ils pèsent en général un quart de tonne de plus qu’un véhicule cinq portes classique, et présentent de moins bonnes performances aérodynamiques. Mais choisir un SUV n’est pas un cadeau pour l’environnement : plus la masse d’un véhicule est élevée, plus il faut d’énergie pour le mouvoir. Autrement dit : plus de carburant, et donc de pollution. Au premier trimestre 2018, près de 57.000 SUV ont été immatriculés en Belgique, soit 34 % des immatriculations totales de voitures neuves.

► La Belgique est à la pointe du mouvement, toutes nos informations dans l’analyse sur Le Soir+.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Porsche est le premier constructeur allemand à renoncer à la technologie diesel, alors même que Volkswagen assure ne pas vouloir y renoncer tout comme ses concurrents BMW ou Daimler.

    Pourquoi Porsche a-t-il décidé de sortir du diesel?

  2. Pour les syndicats et pour les parents de Kitty Van Nieuwenhuysen, Johan et Nelly, cette décision est une «
gifle au visage
».

    Les syndicats policiers outrés par la libération d’un tueur de l’une des leurs

  3. @News

    Le judo, ce sport de machos où les femmes continuent de s’affirmer

Chroniques
  • La check-list des élections communales

    Dans trois semaines, nous allons voter pour les communales. Alors que les partis scruteront et interpréteront les résultats à travers la grille des prochaines élections nationales et européennes – quand bien même on verra localement des alliances impossibles à d’autres niveaux –, il faudrait peut-être rappeler que ce scrutin est important pour lui-même et que les enjeux, même locaux, sont de taille.

    Des potentats difficiles à contester

    J’ai longtemps cru que l’échelon local était le plus propice à la mise en œuvre d’une véritable démocratie, et que l’on pouvait aisément y mettre en œuvre des processus de démocratie délibérative ou participative. Les quelques chroniques que j’ai consacrées à des sujets communaux (sur certaines communes du BW) m’ont cruellement démenti ; dans de nombreux cas, ces communes sont les lieux où sévissent des potentats autoritaires, totalement...

    Lire la suite

  • Ceci n’est pas une politique

    On avait annoncé des mesures concrètes pour gérer la problématique des transmigrants sur le territoire belge. Et à quoi a-t-on eu droit ce vendredi ? A un chiffre. Le gouvernement va augmenter en deux phases le nombre de ceux qui seront placés en centres fermés. C’est une rustine que le gouvernement a placée, parasitée, noyautée, détournée par les petites phrases d’un certain Bart – Y a qu’à – De Wever.

    Lire la suite