Chastre, la commune la plus sûre de Wallonie

Entre 2012 et 2016, il y a eu 77.046 accidents de la route avec blessés en Wallonie-Bruxelles, tous usagers confondus.
Entre 2012 et 2016, il y a eu 77.046 accidents de la route avec blessés en Wallonie-Bruxelles, tous usagers confondus. - D.C.

Entre 2012 et 2016, il y a eu au total 77.046 accidents de la route avec blessés en Wallonie-Bruxelles, tous usagers confondus. Concernant les usagers faibles, 17.975 ont été impliqués dans un accident corporel durant la même période.

Les chiffres de Vias (ex-IBSR), l’Institut belge pour la sécurité routière, restent impressionnants bien que le nombre d’accidents ne cesse de baisser d’année en année. Tous les indicateurs de 2017 sont en effet à un niveau plancher jamais atteint depuis la création du baromètre de la sécurité routière de Vias.

L’Institut nous a donc fait parvenir ses chiffres concernant les accidents corporels entre 2012 et 2016 commune par commune et par habitants. Pour le Brabant wallon, ce qui saute directement aux yeux, c’est le très bon score de Chastre qui, ex æquo avec Burdinne, comptabilise 6 accidents corporels pour 1.000 habitants, tous usagers confondus. Loin derrière Manhay et ses 38 accidents, le chiffre le plus bas du classement.

Mais si Chastre peut se targuer d’être la commune la plus sûre de Wallonie, ces chiffres ne réjouissent pas pour autant l’échevin chastrois en charge de la Sécurité routière. «  Il y a eu 47 accidents corporels en cinq ans, cela revient donc à 9 accidents par an, soit près d’un par mois… Cela me fait plaisir que l’on soit parmi les bons élèves, mais ce chiffre reste trop élevé. Je suis un éternel insatisfait en matière de sécurité routière et je pense que l’on peut toujours faire mieux », estime Philippe Babouhot qui avoue être devenu échevin «  rien que pour travailler sur la sécurité routière  ».

Radars préventifs efficaces

Edition numérique des abonnés

Pour expliquer ces chiffres toutefois très positifs pour la commune, l’échevin avance quelques politiques en matière de sensibilisation et de répression menées depuis quelques années. «  Nous avons pas mal de radars préventifs de la police qui ont des effets très encourageants. Des études nous ont montré que cela diminuait la vitesse des automobilistes d’une dizaine de km/h à l’approche des radars. Nous faisons également très attention à la signalétique. On veille à ce que tous les miroirs soient entretenus, en collaboration avec le service Travaux de la commune. Enfin, nous menons une politique de répression en parallèle. Ainsi, chaque jour, un P-V est dressé pour excès de vitesse à Chastre  », poursuit Philippe Babouhot.

Ce dernier précise enfin que Chastre est confrontée à un axe sensible, la RN273 qui relie la N4 à Sombreffe, et qui «  constitue un ballet énorme de voitures  ». «  Chastre n’est pas un petit village gaulois reculé, nous avons des pénétrantes avec un nombre de véhicules très important  », conclut l’échevin.

D’autres communes du Brabant wallon se distinguent avec de chiffres plutôt encourageants quant au nombre d’accidents corporels. C’est le cas de Rixensart et Beauvechain avec 8 accidents pour 1.000 habitants entre 2012 et 2016 ; 9 à Tubize et Orp-Jauche et enfin 10 à Ramillies.

Mais de l’autre côté du classement, des communes brabançonnes wallonnes enregistrent des scores plus inquiétants. Parmi les « mauvais élèves », on notera ainsi Wavre avec 22 accidents corporels pour 1.000 habitants, Mont-Saint-Guibert avec 20, Waterloo et Perwez avec 21, et 19 pour Nivelles et Genappe.

Les chiffres de Vias nous renseignent également sur le nombre d’accidents impliquant des usagers faibles, c’est-à-dire au moins un piéton et/ou un cycliste. Les communes qui enregistrent le plus d’accidents pour 1.000 habitants entre 2012 et 2016 sont Waterloo (5), Wavre (4), Nivelles et Court-Saint-Etienne (4). Derniers chiffres transmis, ce sont les accidents corporels impliquant au moins un conducteur sous influence d’alcool. Les communes qui en ont compté le plus entre 2012 et 2016, sont à nouveau Waterloo et Wavre avec 4 accidents. Mais elles sont suivies de très près par les autres…

Wavre, mauvaise élève

Par Sarkis Geerts

Parmi les mauvaises élèves de ce classement des accidents corporels, on retrouve Wavre en première position des communes brabançonnes wallonnes. Entre 2012 et 2016, la Ville a enregistré 22 accidents corporels pour 1.000 habitants, tous usagers confondus. Du côté de la zone de police, on explique ce chiffre par les nombreux axes routiers d’envergure. «  Wavre est traversée par la N25, la N4, la N268, la N243, la N238, la N239 et la N257. Cela fait donc sept nationales et plus de la moitié des accidents de roulage avec blessés se produisent sur ces axes. On a également le problème de la cuvette de l’E411 qui est très propice aux accidents de roulage. On peut toutefois être satisfait de ce chiffre qui reste stable à travers le temps malgré l’augmentation du charroi sur nos routes  », explique le commissaire Goffinet de la zone de police.

Des mesures sont prises régulièrement pour tenter de diminuer ce chiffre : la présence du Lidar depuis six mois, l’amélioration de l’infrastructure routière… et l’installation prévue de radars fixes sur le territoire de la cité du Maca.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous