La France n’hésitera pas à frapper à nouveau la Syrie en cas de nouvelle attaque chimique

Edition numérique des abonnés

T out laisse à penser  » que la Syrie n’est plus en mesure de fabriquer des armes chimiques, mais si elle les employait une nouvelle fois la France et ses alliés n’hésiteraient pas à frapper à nouveau, a déclaré mardi le ministre français des Affaires étrangères.

Répondant à une question lors d’une interview à France Info, Jean-Yves Le Drian a rappelé «  qu’en août 2013 le régime de Bachar al-Assad avait pris l’engagement de détruire l’ensemble de son arsenal chimique (…) Or, manifestement tout n’a pas été détruit, il reste l’usage de ces armes, et peut-être encore. »

«  Mais il est clair pour Bachar al-Assad que si d’aventure il franchissait à nouveau cette ligne rouge, évidemment la riposte serait identique  », a ajouté le chef de la diplomatie française.

« Nous n’avons pas déclaré la guerre à Bachar al-Assad »

«  Le sujet, c’est l’arme chimique  », a-t-il ajouté. «  Nous n’avons pas déclaré la guerre à Bachar al-Assad ou à ses alliés. Nous avons simplement fait en sorte que l’arme chimique ne soit plus employée et qu’on ne rajoute pas cette terreur au peuple syrien.  »

«  Lorsque la France prend des engagements (…) elle les tient. Si d’aventure ces engagements ne sont pas tenus, nous frappons pour les faire respecter  », a-t-il conclu.

Il a réitéré le souhait, exprimé par le président Emmanuel Macron, que les raids aériens menés dans la nuit de vendredi à samedi par les aviations américaine, britannique et française ouvrent la voie à un déblocage du processus politique de règlement de la crise syrienne, sous l’égide de l’ONU, actuellement dans l’impasse.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous