Etats-Unis: le Sénat vote pour le rétablissement de la neutralité de l’internet

©D.R
©D.R

Le Sénat américain a symboliquement voté mercredi en faveur du rétablissement des règles imposant la «  neutralité de l’internet  », relançant ce débat qui oppose le régulateur à une importante partie des internautes. Ce vote, par 52 voix contre 47, est toutefois largement symbolique car il devrait être rejeté par la Chambre des représentants, où le parti de Donald Trump dispose d’une très confortable majorité.

La Commission fédérale des communications (FCC) avait voté en décembre l’abrogation des règles sur la «  neutralité du net  » votée sous la présidence de Barack Obama et qui obligeaient les fournisseurs d’accès internet (FAI) à traiter de la même manière tous les contenus (sites, musique, films, séries…) passant dans leurs réseaux. L’administration Trump estimait au contraire qu’elles risquaient de décourager les investissements dans de nouveaux services et la FCC avait suivi cet avis.

Plusieurs organisations estiment que leur abrogation par la FCC risque de permettre aux opérateurs de faire payer davantage pour des services qui sont en concurrence avec leurs propres offres et celles de leurs partenaires. «  Sans la protection des règles sur la neutralité du net, les fournisseurs d’accès auront le droit de bloquer, de ralentir ou de faire payer des droits sur les contenus, ce qui limitera les choix des utilisateurs et empêchera les petits opérateurs d’entrer sur le marché  », a affirmé Ferras Vinh du Centre pour la Démocratie et la Technologie qui soutient les principes de neutralité.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jusqu’à 27
% des conducteurs contrôlés positifs à l’alcool sont de nationalité française à Couvin et Viroinval.

    «Alcool au volant» : quelles communes sont les mauvaises élèves ? (carte interactive)

  2. «
Si le marché n’est pas sûr que l’on pourra fournir l’électricité nécessaire, il s’énervera, les prix monteront. Il faut éviter cela. Comment
? Il est important de rassurer. Le rôle de la ministre.
» © Photo News.

    Bert Wollants (N-VA): «Marghem ne doit pas chercher des coupables, mais trouver des solutions»

  3. Le decret sur la sécurité et l’immigration a été adopté ce lundi. Mais l’exécutif fait de la résistance et le budget ne pourra pas suivre.

    Italie: les projets de l’extrême droite se confrontent à la réalité

Chroniques
  • Lettre du Brexit: ode au Parlement britannique

    Par Marc Roche

    A Londres, le mot « respect » est utilisé par les gangs d’origine antillaise pour justifier leurs sanglants règlements de compte. Que la Première ministre britannique, Theresa May, ait recours à cette terminologie des ghettos de la capitale pour dénoncer l’absence d’égards de l’Union européenne envers son pays après l’humiliation subie lors du conseil européen de Salzbourg souligne son profond désarroi. La cheftaine de la droite est revenue à la case départ après le rejet, le 21 septembre, par les Vingt-Sept de son plan de Chequers prévoyant la création d’une zone de libre-échange pour les biens industriels et les produits agricoles, avec des règles communes.

    Jouer les prolongations

    «  Le conseil européen de Salzbourg ne change rien à l’équation fondamentale : les deux camps souhaitent un accord. Mme May veut protéger l’économie britannique et rester au 10...

    Lire la suite