Khattabi s’en prend à Jan Jambon après le décès d’une fillette kurde: «Certains ont démissionné pour moins que ça»

© Bruno D’Alimonte. Zakia Khattabi, co-présidente d’Ecolo.
© Bruno D’Alimonte. Zakia Khattabi, co-présidente d’Ecolo.

D’après les premières conclusions d’une autopsie, la fillette de deux ans décédée jeudi dans la matinée après l’interception par la police d’une camionnette de migrants pourrait avoir été victime d’un tir de la police. « C’est le résultat de la fuite en avant d’une politique de plus en plus répressive », a réagi vendredi la co-présidente d’Écolo Zakia Khattabi. « Pour nous, la responsabilité politique est clairement engagée », a-t-elle insisté.

« Je veux dire toute notre sympathie à la famille de la victime. C’est d’abord à eux que je pense. Mais après l’émotion, vient la colère », a déclaré à Belga Mme Khattabi.

L’éventuelle implication des policiers dans le décès de l’enfant n’est pas encore établie avec certitude. Mais contrairement à ce qui avait été indiqué jeudi, la fillette pourrait avoir été tuée par le tir d’un policier, a confirmé vendredi le procureur du Roi de la division de Tournai. Une course-poursuite s’était engagée entre les forces de l’ordre et la fourgonnette depuis Namur. La police avait tiré pour arrêter le véhicule, dans lequel se trouvaient une trentaine de personnes dont quatre enfants.

« C’est le résultat de la fuite en avant d’une politique de plus en plus répressive. Nous exigeons que toute la lumière soit faite et que les responsabilités politiques soient prises », réclame la co-présidente d’Ecolo. Avant d’ajouter que, aux yeux de son parti, « la responsabilité politique est clairement engagée ». « Le slogan d’une politique (d’immigration) ferme et humaine ne tient plus. On ne se contentera pas d’un recadrage. Certains ont démissionné pour moins que ça, même si on n’en est pas encore là », a conclu l’écologiste, réagissant à un tweet de Jan Jambon. Le ministre de l’Intérieur avait qualifié ce vendredi l’événement de « tragique ».

L’enquête du Comité P sur le rôle de la police dans ce dossier est toujours en cours.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite