Pensions des facteurs, policiers, enseignants…: la liste des métiers pénibles dans la fonction publique

Un consensus a été trouvé entre syndicats et autorités sur la question des métiers lourds au sein de la fonction publique, a indiqué mercredi soir Luc Hamelinck, président de l’ACV-Openbare Diensten (CSC Services publics).

Une réunion cruciale sur la pénibilité du travail s’est tenue mercredi au sein du comité A, l’organe de concertation le plus important pour les fonctionnaires. Après plus de dix heures de négociations, un « consensus » autour d’un cadre légal a été trouvé.

Quels sont les métiers pénibles ?

Une liste reprenant les métiers pénibles a ainsi été établie. Y figurent notamment les métiers de policiers, pompiers, militaires de même que les fonctions d’enseignants (maternel, primaire, secondaire, professionnel, spécial. Selon Luc Piens, de l’ACV Transcom, de nombreux métiers liés au rail en font également partie.« Tous ceux qui satisfont aux critères de pénibilité ». Concrètement, il s’agit des travailleurs des cabines de signalisation, des ouvriers qui s’occupent des voies et des caténaires, du personnel roulant (conducteurs et accompagnateurs de trains) et des agents de Securail.

D’après le syndicaliste, les facteurs et le personnel qui travaille dans les centres de tri postal exercent également des professions pénibles, de même que les contrôleurs aériens ou les lamaneurs (personnes chargées des opérations d’amarrage ou d’appareillage des navires) et les contrôleurs aériens. Le secteur des soins est présent sur cette liste. S’y retrouvent également les agents pénitentiaires, éboueurs.

« Cette liste doit encore être entérinée par l’ensemble du gouvernement, mais les syndicats n’accepteront pas d’amputation de cette liste. Sinon, le compromis sera abandonné », a prévenu la CSC.

Sorry, the PDF couldn't be displayed

Quels avantages ?

Tout qui exerce un métier pénible pourra soit partir à la pension de manière anticipée soit toucher une retraite plus importante. Le système devrait normalement entrer en vigueur en 2020. Le gouvernement s’était accordé sur un cadre au mois de mars.

Quels critères ?

Des critères ont été établis afin de déterminer ce que l’on entend par métiers lourds : travail physique lourd, organisation du travail pénible et professions dangereuses. Le stress pourra également entrer en ligne de compte comme facteur aggravant. Les personnes qui exercent un métier lourd pourront dès lors partir à la pension entre deux et six ans plus tôt mais jamais avant l’âge de 60 ans.

Et le secteur privé ?

Des négociations concernant la pénibilité sont également en cours dans le secteur privé. Celles-ci sont cependant nettement plus ardues et complexes. Patronat et syndicats ne sont en effet pas parvenus à s’accorder sur une liste des métiers lourds car trop complexe. Ils préfèrent s’entendre sur des critères, mais le fossé entre les deux reste profond.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous