RGPD: des journaux américains en ligne désormais inaccessibles en Europe

Edition numérique des abonnés

Plusieurs sites internet de journaux américains, dont celui du Los Angeles Times, étaient inaccessibles depuis l’UE vendredi, jour de l’entrée en vigueur de nouvelles règles de protection des données personnelles plus strictes en Europe.

«Malheureusement, notre site web est actuellement indisponible dans la plupart des pays européens», peut-on ainsi lire sur les sites du Los Angeles Times, du Chicago Tribune, du Baltimore Sun ou encore du Orlando Sentinel. Le message ajoute que ces journaux du groupe de presse Tronc s’engagent à chercher «les options» pour fournir leur offre sur le marché de l’UE, ainsi que «des solutions techniques pour se mettre en conformité».

Nouvelle législation

D’autres journaux également inaccessibles depuis l’Europe, comme le Saint-Louis Post-Dispatch ou le Arizona Daily Sun, mentionnent eux explicitement sur leur site l’entrée en application vendredi du «Règlement général sur la Protection des Données» (RGPD) pour expliquer leur blocage. Cette nouvelle législation européenne impose notamment à toute entreprise de demander un «consentement explicite et positif» pour utiliser des données personnelles collectées ou traitées dans l’UE.

Les entreprises s’exposent à des sanctions pouvant atteindre jusqu’à 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires annuel mondial si elles violent ces règles, adoptées en 2016 mais applicables depuis vendredi après la période de deux ans qui avait été laissée aux autorités et aux entreprises pour se préparer.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite