Poutine laisse entendre qu’il pourrait rester aux manettes après son mandat

Edition numérique des abonnés

Le président russe Vladimir Poutine a laissé planer le doute vendredi sur son avenir après son quatrième mandat, qui s’achève en 2024, laissant entendre qu’il pourrait redevenir Premier ministre comme il l’avait fait en 2008.

« Je m’en suis toujours tenu et je m’en tiens à la Constitution de la Russie. Dans la Constitution, il est écrit clairement : pas plus de deux mandats » consécutifs, a-t-il déclaré lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg alors qu’il était interrogé pour savoir s’il quitterait réellement le pouvoir après 2024.

« Aujourd’hui, j’en suis à mon deuxième mandat », a-t-il ajouté avant de rappeler qu’en 2008, il avait abandonné son poste de président pour devenir Premier ministre avant de revenir au pouvoir quatre ans plus tard.

« J’ai abandonné le poste de président parce que la Constitution n’autorisait pas à être élu une troisième fois. Voilà tout. Je suis prêt à m’en tenir à cette règle à l’avenir », a-t-il déclaré, laissant ainsi entendre qu’il pourrait appliquer la même méthode et redevenir Premier ministre.

« Rester ici jusqu’à mes 100 ans ? Non ! »

En 2008, après son deuxième mandat comme président, Vladimir Poutine avait confié le Kremlin à Dmitri Medvedev. Mais Vladimir Poutine, devenu Premier ministre, était resté le véritable homme fort du pays, s’exprimant sur tous les dossiers cruciaux et prenant les principales décisions, selon les observateurs.

Interrogé en mars par un journaliste au soir de sa victoire à l’élection présidentielle sur un éventuel nouveau mandat en 2030, Vladimir Poutine avait semblé écarter une telle hypothèse : « Vous devez plaisanter ! Qu’est-ce je dois faire ? Rester ici jusqu’à mes 100 ans ? Non ».

Le président russe, né le 7 octobre 1952, aura 71 ans en 2024, quand il achèvera son mandat.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite