La plus grande banque d’Australie condamnée à une amende de 700 millions de dollars

©D.R
©D.R

La Commonwealth Bank (CBA), plus grande banque d’Australie, a accepté lundi de payer une amende de 700 millions de dollars australiens (environ 454 millions d’euros) pour mettre fin à des poursuites pour infractions aux législations sur le blanchiment et sur le financement du terrorisme.

Cet accord fait suite à une médiation imposée par la justice entre la banque et le service australien de renseignement financier Austrac. Si l’accord est approuvé par la Cour fédérale, il s’agira de l’amende civile la plus élevée jamais imposée à une entreprise australienne.

Manquements et pratiques défaillantes

La banque, premier prêteur d’Australie et sa première entreprise par la capitalisation boursière, est soupçonnée d’avoir contrevenu plus de 53.000 fois à la législation sur le blanchiment et le financement du terrorisme, en particulier avec ses automates de dépôts d’espèces. En décembre, Austrac a élargi l’affaire à une centaine d’autres infractions présumées. L’accord conclu lundi constitue «  une reconnaissance claire de nos manquements  » et doit permettre à la banque «  d’aller de l’avant  », a commenté son patron Matt Comyn dans un communiqué, où il a également présenté ses excuses.

Selon le dossier de plainte instruit par l’Austrac, des membres d’une organisation criminelle auraient utilisé de faux noms et documents d’identité pour déposer de l’argent liquide sur des comptes à la CBA. «  Ce dossier montre que des criminels exploitent les pratiques défaillantes des entreprises pour blanchir les fruits de leurs crimes  », a souligné la cheffe d’Austrac, Nicole Rose. «  Ceci a des conséquences concrètes sur la vie quotidienne des Australiens et fait courir un risque à la population en augmentant les possibilités, pour les terroristes, de commettre des attaques ici et à l’étranger  », a-t-elle ajouté.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite