Des bijoux pour séduire

Lot 98. Edouard Colonna/Art Nouveau Bing, collier composé d'un pendentif en or jaune rehaussé d'émail orangé et dont le motif du bas est serti d'une perle plate. 2.750-3.500 euros.
Lot 98. Edouard Colonna/Art Nouveau Bing, collier composé d'un pendentif en or jaune rehaussé d'émail orangé et dont le motif du bas est serti d'une perle plate. 2.750-3.500 euros. - DR

Que dire de cette paire de boutons de manchettes au revolver digne d’un certain James ou de cette superbe aumônière en or aux motifs Art nouveau rehaussés d’émeraudes et de diamants ? Sinon qu’ils font partie des 169 lots proposés aux enchères ce 16 juin par Haynault à Woluwe-Saint-Pierre ?

Prestige et fantaisie

Orchestrée par Laure Dorchy, cette vacation porte en avant la haute joaillerie et quelques pépites de l’histoire de l’art. Dès le premier coup d’œil au catalogue, on est frappé par la diversité des lots relevant tantôt de la joaillerie, tantôt de l’orfèvrerie. Ainsi des bijoux Cartier côtoient ceux d’artistes célèbres comme Corneille ou César, tandis que les archives de Jeanne Toussaint voisinent avec une collection de boucles de ceinture et de clips en bakélite. La vente est donc loin de se cantonner aux seuls bijoux de prestige exhibant des pierres d’exception accessibles aux plus nantis (150-180.000 euros pour cette bague Van Cleef & Arpels composée autour d’un splendide rubis birman, lot 127).

Histoire belge

Lot 116. Paul César Helleu (1859-1927), Portrait au fusain de Jeanne Toussaint. Encadré sous verre. 75 x 35 cm. 4.000-6.000 euros.

Et c’est tout l’attrait de cet ensemble déniché pour l’essentiel en Belgique par la spécialiste, qui fait aussi la part belle à la fantaisie, au bijou d’artiste et à l’histoire. Celle de notre pays et de ses grands créateurs est brillamment illustrée par une épingle à cravate sertie de roses de diamant à l’emblème-monogramme (lot 18) d’un certain Van de Velde (dont on rappelle le rôle à Weimar en Allemagne et en Belgique, avec la création de La Cambre).

Autre personnalité importante, mais sans doute moins connue, présente dans cette vente : Jeanne Toussaint (1887- 1976). La grande dame belge de chez Cartier, « la panthère, joaillière des rois » comme l’appelle Stéphanie des Horts dans son ouvrage, est en effet présente par les archives provenant de sa succession comprenant des lettres, dont celle de Louis Cartier qui la nomme directrice artistique, des effets personnels ainsi qu’un très beau portrait d’elle au fusain par Paul César Helleu (lot 116, estimation 4-6.000 euros).

Les amateurs d’Art nouveau ne manqueront pas cette trouvaille surgie des oubliettes de l’histoire : le collier dessiné par le talentueux designer français Edouard Colonna et édité par la maison Art Nouveau Bing pour l’exposition universelle de 1900 (lot 98, estimation 2.750-3.500 euros).

Lot 138. Bague en or jaune sertie d’un cabochon d’opale entouré de part et d’autre d’un cabochon de tourmaline et d’un cabochon d’améthyste. Exceptionnelle création du grand joaillier de la place Vendôme, Joël Arthur Rosenthal dit JAR, dans les années 80. 20.000-25.000 euros.

A côté des grands noms de la joaillerie (Cartier, Boucheron…) apparaissent trois magnifiques bagues des débuts de Joël Arthur Rosenthal (JAR), des pièces aussi rares et exceptionnelles sur le marché que son nom est confidentiel (lots 137-138-139).

Terminons par tout autre chose : une paire de flambeaux néogothiques figurant une tête de chien stylisée, l’un en bronze, l’autre en fer forgé, attribués à Hankar et au ferronnier Pierre Desmedt (lot 159). Encore une histoire belge à éclaircir sachant que des chiens similaires se trouvent sur des études de l’architecte pour Nieuport-Bains. 4-6.000 euros. Qui prend ?

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous