Paul Magnette: «La distinction entre la N-VA et le Vlaams Belang a pratiquement disparu»

© Pierre-Yves Thienpont | Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont | Le Soir

Dans une interview accordée à La Libre et à la Dernière Heure, mercredi, le bourgmestre de Charleroi et ex-ministre-président wallon Paul Magnette dénonce le rétrécissement de la frontière entre l’idéologie xénophobe du Vlaams Belang et une N-VA nationaliste. Le parti du secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Theo Francken «flirte avec des opinions racistes», selon lui.

«La distinction entre la N-VA nationaliste, mais pas xénophobe ni raciste, et le Vlaams Belang, a pratiquement disparu», affirme Paul Magnette. «Aujourd’hui, quand on additionne tous les écarts de Theo Francken, qu’est-ce qui le distingue du Vlaams Belang? C’est presque impossible à dire. Et il est clairement soutenu par son parti

La gauche n’a jamais plaidé pour l’ouverture des frontières, «contrairement à ce que la N-VA essaye de faire croire», souligne le socialiste. «Nous avons toujours dit que l’immigration devait se réguler

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite