Centre fermé pour familles: Theo Francken répond au Conseil de l’Europe

© Belga
© Belga

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA) indique sur Twitter jeudi avoir répliqué au courrier envoyé par Dunja Mijatovic, la commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, qui déplorait l’absence de solutions de rechange efficaces à l’enfermement d’enfants avec leur famille dans des unités spécifiques à Steenokkerzeel. La commissaire aux droits de l’homme rappelait que des enfants ne devraient jamais être enfermés, et pas non plus en raison du statut migratoire de leurs parents.

Theo Francken a envoyé sa réponse mercredi à Dunja Mijatovic dans une lettre qu’il a ensuite publiée sur Twitter jeudi matin. Il y confirme que les unités en question seront bien ouvertes à l’été 2018. «Ces unités sont destinées à accueillir des familles qui résident illégalement sur le territoire belge et refusent manifestement de retourner dans leur pays d’origine, seulement après avoir épuisé toutes les voies de recours possibles.» La détention de ces familles dans les unités spécifiques n’intervient qu’après «un système en cascade de mesures moins coercitives» et d’une «série d’alternatives», souligne-t-il.

Le Secrétaire d’Etat insiste sur le fait que, selon la loi belge, des familles avec enfants ne peuvent être détenues que «pour une courte période et dans un environnement adapté à leurs besoins». «Les intérêts de l’enfant sont toujours pris en compte lors d’une telle décision

Theo Francken ajoute également que la Cour européenne des droits de l’homme ne s’oppose pas à la détention d’enfants si les mesures sont conformes à la Convention européenne des droits de l’homme.

Enfin, le secrétaire d’Etat soutient que «d’autres Etats membres de l’Union européenne privent aussi de liberté des familles avec enfants qui se trouvent illégalement sur leur sol illégalement».

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite