Charles Michel défend Theo Francken: «A aucun moment on ne m’a fait de remarque le concernant lors des réunions européennes»

Edition numérique des abonnés

Le Premier ministre Charles Michel est en visite à Berlin, où il s’est entretenu avec Angela Merkel, notamment sur le sujet des migrations. Interviewé ce jeudi matin sur Bel RTL, Charles Michel a admis que la politique migratoire européenne était encore chaotique. «  Elle ne réussit pas à résoudre le sujet, et les citoyens n’arrivent pas à avoir une vision claire des plans qui sont mis en place. Nous voulons soutenir les efforts pour dégager des solutions efficaces, qui permettent de respecter nos valeurs européennes, tout en sécurisant et en contrôlant les frontières européennes  », a déclaré le Premier ministre.

Le Premier ministre a réaffirmé sa ligne politique. «  Je reste sur la même ligne. Nous avons un devoir d’humanité pour ceux qui sont persécutés et peuvent être reconnus comme réfugiés. Mais s’agissant des migrants économiques, nous ne pouvons pas considérer que nous pouvons accueillir tous ceux venus d’Afrique pour des raisons économiques  ». « Quand on vient chez nous et qu’on est accueilli de manière légale et régulière, on doit s’intégrer, notamment par un emploi  », a ajouté le Premier ministre.

Aquarius : démonstration de l’interprétation chaotique des règles européennes

Pour Charles Michel, le cas de l’Aquarius est «  la démonstration de l’interprétation chaotique des règles européennes  ». «  On doit avoir plus de partenariats avec les pays africains, ou on ne parviendra pas à gérer la situation  ».

Charles Michel défend son secrétaire d’Etat

«  J’ai l’habitude que la gauche et l’extrême gauche soient dans le déni et l’accusation, sans aucune proposition  », a déclaré le Premier ministre au micro de Bel RTL. A ceux qui pointent du doigt Theo Francken, Charles Michel répond qu’il ne lui a jamais posé problème sur la scène européenne. «  A aucun moment, dans les très nombreuses réunions européennes, une remarque m’a été faite sur un membre du gouvernement, concernant les questions d’immigration  », a-t-il martelé.

«  Je n’ai pas entendu une seule proposition venant des partis de gauche  », a ajouté le Premier ministre. « Ils sont pour une régularisation massive, qui encourage les passeurs à renforcer leur business mortel. »

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite