Migration: Theo Francken appuie la politique italienne de fermeture des frontières

©Belga
©Belga

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken appuie la politique de migration du gouvernement populiste d’extrême droite italien visant à la fermeture des frontières européennes, selon des déclarations reprises par les journaux Il Giornale et Huffington Post en version italienne.

Le 5 juin dans le Huffington Post en version italienne, Theo Francken s’est félicité de la fermeté affichée par le gouvernement italien, en particulier le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, chef de file de la Lega. Il a dit attendre de ce gouvernement «un durcissement de la politique de migration». Déclarant suivre le nouveau ministre Salvini «depuis des mois, déjà pendant sa campagne», il constate que la position de l’Italie sur les migrations est «très sévère», mais rappelle que «la Belgique a un gouvernement de droite» et que «nous aussi nous sommes assez durs». Selon Theo Francken, «c’est bon si l’Italie commence à refuser les migrants sur leurs côtes, et ne les laisse plus entrer en Sicile».

Camp de réfugiés en Afrique du Nord

Lundi, dans Il Giornale, le secrétaire d’Etat N-VA plaidait une nouvelle fois en faveur de la «solution d’un camp de réfugiés en Afrique du Nord», à partir du moment où l’Italie et Malte refusaient l’entrée de migrants sur leur territoire comme ils l’ont fait avec le bateau Aquarius.

Les deux médias rappellent les propos de Theo Francken en faveur de la fermeture des frontières et de la négociation par l’UE et la Tunisie d’une solution permettant d’y renvoyer les migrants partis de Libye en Méditerranée. «Nous devons commencer à repousser les bateaux qui naviguent en Méditerranée», a indiqué Theo Francken à Il Giornale, invitant Matteo Salvini à «cesser d’accepter les bateaux (de migrants) en Sicile et en Italie» pour «arrêter d’inciter le trafic et permettre aux mafias de s’enrichir».

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite