Pensions: la CGSP-Cheminots dépose un préavis de grève du 28 au 30 juin

Edition numérique des abonnés

A la fin du mois de mai, la CGSP-Cheminots avait prévenu : elle avait la ferme intention de déposer un préavis de grève pour protester contre la réforme du système des pensions conduite par le gouvernement Michel. L’organisation syndicale se donnait toutefois encore un peu de temps pour voir si d’autres centrales étaient prêtes à se joindre au mouvement. L’échéance avait été fixée à la mi-juin. Nous y sommes… et la CGSP-Cheminots a donc décidé de passer à l’action, fut-ce en solo.

« Suite à l’acceptation du protocole d’accord par deux autres organisations (CGSLB et CSC/ACV), le projet de loi relatif à la reconnaissance de la pénibilité pour les agents des services publics est entériné, constate le syndicat socialiste. A l’issue de notre rencontre, le 4 juin, avec le cabinet Bacquelaine, nous avons eu confirmation que tous les cheminots ne seront pas repris sur la liste des agents bénéficiant d’un coefficient de pénibilité. Le remplacement des tantièmes préférentiels par des coefficients de pénibilité va toujours prolonger la durée des années de carrière sans pour autant entraîner une augmentation du montant de la retraite. »

Grève sur l’ensemble des cheminots

Inacceptable pour la CGSP Cheminots, qui réaffirme « sa totale opposition à la mise en vigueur de nouvelles dispositions qui mettront en péril le régime de pension de l’ensemble des cheminots . En conséquence, conformément au mandat qu’elles avaient confié au secrétariat national le 28 mai dernier, les instances du secteur Cheminots ont décidé du dépôt d’un préavis de grève de 48h, qui prendra cours le jeudi 28 juin à 22 h jusqu’au samedi 30 juin à 22 h . Celui-ci concerne l’ensemble des cheminots puisqu’ils seront tous perdants, y compris ceux repris sur la liste des métiers pénibles. »

Le syndicat ne se sent-il pas un peu seul dans son action ? « C’est évident, mais les cheminots prennent leurs responsabilités les premiers », assure Pierre Lejeune, secrétaire national de la CGSP-Cheminots.

Cette annonce constitue une nouvelle tuile pour les usagers, qui font déjà face à trois autres préavis de grève, déposés cette semaine par les « petits » syndicats du rail (SIC, SACT et Metisp-Protect) dans un autre dossier (la revalorisation de la fonction de conducteur de train), et qui s’étalent du 22 juin au 11 juillet.

Pierre Lejeune défend pourtant l’action de la CGSP-Cheminots. « C’est un problème qui concerne l’ensemble des citoyens en Belgique, c’est-à-dire aussi les usagers de la SNCB, explique-t-il. Tous les Belges doivent subir le passage de l’âge de la pension à 67 ans qui a été déjà décidé. Et après les services publics, la question de la pénibilité va être étendue au régime général des salariés. »

Le secrétaire national insiste toutefois sur le fait que le syndicat a attendu la fin des examens « pour ne pas pénaliser les étudiants ». On notera que pour la première fois, un jour de grève est programmé le week-end.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous