Sergio Ramos ironise sur le limogeage du sélectionneur espagnol: «On dirait qu’on est au funérarium»

Edition numérique des abonnés

« O n dirait qu’on est au funérarium », a ironisé jeudi le capitaine espagnol Sergio Ramos pour dédramatiser le retentissant limogeage du sélectionneur Julen Lopetegui, assurant que le vestiaire ne présentait aucune « fissure » avant d’entrer en lice vendredi face au Portugal au Mondial 2018.

«  J’aimerais achever cette conférence de presse sur un sourire parce qu’on dirait qu’on est au funérarium, alors que demain (vendredi) on commence une Coupe du monde !  », a lancé le défenseur du Real Madrid aux côtés de Fernando Hierro, ex-directeur sportif nommé mercredi sélectionneur au pied levé.

«  Il n’y a aucune fissure (dans le vestiaire). Il y a les goûts et les couleurs, nous pensons tous différemment mais l’idée collective reste la même : aller chercher ce Mondial  », a souligné Ramos au stade olympique de Sotchi.

Choisi mardi pour devenir l’entraîneur du Real Madrid, contre toute attente, Lopetegui a été limogé mercredi de son poste de sélectionneur, qu’il occupait depuis 2016, le président de la Fédération ayant estimé que le Basque n’avait pas agi correctement vis-à-vis de son employeur et du vestiaire espagnol.

« Il faut laisser les questions personelles de côté »

«  À titre personnel, c’était un moment très délicat  », a reconnu Ramos, qui est également capitaine du Real Madrid.

«  Mais il faut laisser les questions personnelles de côté et je peux vous assurer que les problèmes sont une opportunité de grandir. Cela va nous rendre plus forts et nous permettre de nous rendre compte combien un Mondial est difficile. Il faut savourer ce moment parce que plus tard, ce sera trop tard  », a-t-il conclu.

Ébranlée par cette révolution de palais, l’Espagne débute son Mondial 2018 à tâtons face au Portugal du colosse Cristiano Ronaldo vendredi à Sotchi (20h00). Soit le premier grand choc du tournoi et un premier match aux airs d’immense défi pour le nouveau sélectionneur Fernando Hierro.

>>> A lire: Julen Lopetegui «très triste» après son éviction de la Roja

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cinq réacteurs (sur sept) sont actuellement à l’arrêt en Belgique.

    Aura-t-on assez d’électricité cet hiver?

  2. @EPA

    Ligue des champions: Cristiano Ronaldo, un rouge et des larmes

  3. Alexandre Benalla (à l’avant-plan) est resté serein durant toute son audition devant la commission parlementaire d’enquête du Sénat.

    Benalla: «Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron!»

Chroniques
  • La lutte finale des socialistes flamands?

    Par Ivan De Vadder

    À Anvers une campagne électorale acrimonieuse est en train de se développer. Le président du parti socialiste anversois, Tom Meeuws, est accusé de détournement de fonds ; une liste de cartel entre les écologistes et les socialistes a vu le jour, avant de se dissoudre après seulement quelques mois ; le bourgmestre Bart De Wever soupçonne des conseillers communaux d’avoir des liens avec la mafia de la drogue ; après quoi un candidat du CD&V se fait arrêter en France avec trois kilos d’héroïne dans son véhicule ; Kris Peeters, la tête de liste du CD&V, qui vient de déménager de la petite commune de Puurs pour engager le combat à Anvers, est surnommé «  le locataire  » par le bourgmestre. «  Évidemment, explique De Wever, il est le seul des 250.000 locataires à Anvers à avoir une villa avec jardin à environ 20 kilomètres de la ville pour se reposer pendant le week-end.  » Difficile à croire, mais le CD&V et la N-VA font tous les deux parties de la majorité à Anvers avec l’...

    Lire la suite