La directrice du Ciré estime que «Theo Francken trompe l’opinion publique en matière d’immigration»

©D.R
©D.R

A l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, Sotieta Ngo est revenu sur la situation de la migration en Belgique au micro de la Première : «  La Belgique a des responsabilités en matière de migration. Theo Francken trompe l’opinion publique en prétendant que l’on peut cesser l’immigration légale ou illégale. La détermination des personnes qui fuient est entière. Ni des murs, ni des lois ne les arrêteront. Elles continueront de passer là où elles pensent que leur vie sera possible  », estime la directrice du Ciré.

Selon Sotieta Ngo, «  Il faut s’emparer de la migration, l’organiser. L’Europe accueille moins de 3 % des réfugiés du monde, ce n’est pas une crise, mais un défi et on n’est pas à la hauteur pour l’instant  ». «  On évoque l’immigration comme étant un problème énorme, mais ce n’est pas le cas. C’est l’incapacité des politiques à s’emparer de la migration qui fait peu à peu grossir le problème. Ce n’est pas en repoussant un peu plus loin de nos frontières les centres de détention que la situation va s’améliorer  ».

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite