Migration: l’Europe projette de créer des camps de triage à l’extérieur de son territoire

©D.R
©D.R

Theo Francken n’a cessé de le répéter ces derniers jours : il souhaite que les candidats à l’asile perdent automatiquement leur droit à une protection en cas d’entrée illégale sur le territoire. Or, comme il n’existe pas de voie d’accès légale en vue de demander l’asile, l’opération reviendrait peu ou prou à supprimer les procédures en Europe. L’idée fait son chemin : refouler les migrants du territoire européen, quel que soit leur profil, pour ne sélectionner que les « vrais » réfugiés dont on veut bien et selon des quotas fixés par les pays d’accueil, via les réinstallations. Problème : c’est illégal. Sauf à changer les traités internationaux qui obligent notamment les pays européens à s’assurer que la personne ne risque pas de traitement inhumain là où on les renvoie.

Notion ambiguë

On se montre donc créatif. Il y a quelques jours, le Conseil d’État français rejetait la notion de « pays tiers sûr » introduit dans la loi sur la migration actuellement débattue. Ce concept permettrait de contourner la loi pour créer des camps de triage aux portes de l’Europe. Theo Francken évoque la Tunisie, où les migrants interceptés en mer pourraient être déroutés, tandis que le Premier ministre autrichien Sebastian Kurz travaille à la création de camps dans les Balkans, où les demandeurs d’asile déboutés pourraient être envoyés en vue de leur rapatriement. Une façon de sous-traiter la gestion de l’asile à l’extérieur des frontières européennes.

Un projet de conclusion du prochain Conseil européen du 28 juin, auquel Le Soir a eu accès, introduit ainsi la notion ambiguë de «  plateforme de débarquement régionale  » gérée en «  étroite collaboration  » avec le haut-commissariat aux réfugiés et l’Organisation internationale pour les migrations.

Ce mercredi matin, Bart De Wever s’est réjoui de la proposition de Donald Tusk de créer des centres d’asile européens en Afrique du Nord : «Les esprits ont enfin mûri», s’est-il exprimé sur Radio Een.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite