Examen d’entrée en médecine: chimie et physique restent les «bêtes noires» (vidéo)

Edition numérique des abonnés

L’épreuve de juillet de l’examen d’entrée aux études en médecine et en dentisterie en Fédération Wallonie-Bruxelles s’est clôturée vendredi à 17H00 au palais de Brussels Expo. À la sortie, des élèves ont fait valoir qu’ils avaient trouvé la chimie et la physique particulièrement difficiles. Ils se sont également dits déstabilisés par la forme du QCM (questionnaire à choix multiples), surtout qu’une mauvaise réponse entraîne la perte d’un point.

L’épreuve comportait un total de 120 questions à choix multiples réparties en 2 séries de 60 questions portant sur les 4 matières scientifiques (chimie, biologie, physique, mathématiques) en matinée et sur les 4 matières relatives à la communication et à l’analyse critique de l’information (raisonnement, communication, éthique, empathie) dans l’après-midi.

« Pas assez préparés au QCM »

Certains appréhendaient en 2017 ces dernières matières plus littéraires, faute de préparation. Le taux de réussite a pourtant au final avoisiné les 80 %. Avec la préparation de cette année, les appréhensions s’étaient dissipées. « Je dirais que seul un dixième des élèves est resté jusqu’à la fin de l’épreuve de l’après-midi », estime une des candidates françaises. « La plupart sont sortis en avance. En matinée, presque tout le monde est resté jusqu’au bout. Ceux qui sont sortis disaient qu’ils ne voulaient plus revérifier leurs réponses et se laisser gagner par le doute. C’était mon cas. En France, quand on a des QCM, on n’a pas de points négatifs. Là, on doit développer des stratégies pour assurer des points, préférer ne pas répondre à certaines questions en cas de doute… ».

« On n’est pas assez préparés aux QCM », abonde dans son sens une candidate belge. «  C’est surtout ça qui m’a posé problème. Ils jouent sur des mots, sur des tournures de phrases et il faut associer ça par exemple à de la chimie. La physique est de toute façon une matière compliquée en elle-même. Il faut de plus l’associer à un QCM et ça complique l’épreuve ».

Si la chimie et la physique ont été jugées plus difficiles que les tests disponibles en ligne, les quelques candidats interrogés ont estimé que les mathématiques et la biologie étaient du même niveau voire plus simples encore.

Les étudiants qui auront une moyenne d’au moins 10/20 pour chacune des 2 parties et un minimum de 8/20 pour chacune des 8 matières obtiendront une attestation de réussite. Les non-résidents lauréats pourraient faire l’objet d’un classement si leur nombre excède 30 % des réussites.

Cette année, une seconde session de l’examen sera organisée le 5 septembre.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite