Quelque 176.000 emplois ont été créés depuis le début de la législature

© D.R.
© D.R.

Entre l’entame de l’actuelle législature et aujourd’hui, la situation de l’emploi s’est améliorée. On est ainsi passé de 4,560 millions d’actifs au 4e trimestre 2014 à 4,736 millions au 1er trimestre de cette année. Soit une évolution favorable de 176.000 postes, supérieure de 69.000 unités à la progression enregistrée entre le déclenchement de la crise (4e trimestre 2008) et la fin de la législature passée.

Jobs, jobs, jobs… Le leitmotiv de Charles Michel lui colle désormais à la peau. Mais qu’en est-il réellement ? Entre les chiffres du gouvernement sur la création d’emplois et les critiques syndicales sur la qualité de ceux-ci, où se situe la vérité ? L’économiste Philippe Defeyt (Institut pour un développement durable) a tenté d’y voir plus clair, au départ des données fournies par l’ONSS et de l’Enquête sur les forces de travail (EFT). À l’arrivée, le bilan est plus nuancé qu’il n’y paraît. Plus instructif également, sur l’état du marché du travail entre 2014 et 2018.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite