La SNCB a entamé 15.267 procédures judiciaires l’an passé pour des amendes impayées

Edition numérique des abonnés

La SNCB a entamé 15.267 procédures judiciaires en 2017 à l’encontre de voyageurs qui avaient commis des infractions la même année ou lors des années précédentes. Au total, le personnel d’accompagnement des trains a rédigé 395.421 constats d’irrégularités commises par des voyageurs, ressort-il d’une réponse du ministre de la Mobilité François Bellot à une question écrite de Kattrin Jadin (MR).

Les constats d’irrégularités par le personnel de la SNCB se fondent sur un arrêté royal du 20 décembre 2007, en attendant l’entrée en vigueur d’une loi instaurant des amendes administratives, votée le 29 mars dernier, explique M. Bellot.

Cet arrêté précise notamment que prendre place dans un train sans ticket de transport valable constitue un délit. Si la phase de recouvrement à l’amiable échoue, la SNCB doit dès lors réclamer la perception de la somme due devant le tribunal.

Conséquence : le traitement des dossiers prend du temps, souligne le ministre Bellot, qui s’attend à un traitement plus rapide et à un plus haut taux de recouvrement avec l’entrée en vigueur des sanctions administratives.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite