Grève sauvage au Tec Liège-Verviers: les chauffeurs devraient reprendre le travail samedi

Edition numérique des abonnés

Une réunion entre la direction et les syndicats du Tec Liège-Verviers s’est tenue vendredi matin, à la suite d’une grève sauvage initiée par les chauffeurs de bus, a indiqué en début d’après-midi la porte-parole de la société publique de transport de la Région wallonne. Si à 13h, aucun accord n’avait encore été trouvé par les deux parties, les conducteurs devraient reprendre le travail dès samedi.

Après des incidents survenus jeudi en raison de la forte vague de chaleur qui touche la Belgique, les chauffeurs de bus du Tec Liège-Verviers ont décidé de faire grève. Les travailleurs aimeraient pouvoir rouler dans des véhicules disposant de climatisation.

Même si 162 nouveaux bus climatisés ont été commandés et qu’une vingtaine opère déjà, le parc automobile du Tec Liège-Verviers compte 10 à 15 % de véhicules sans climatisation. C’est pourquoi la CGSP s’est rendue vendredi sur le site du dépôt de Robermont, soit le plus important de la région, pour installer un piquet de grève.

A la suite de ce mouvement, une réunion a rapidement été organisée entre les syndicats et les responsables de la société. Une rencontre qui n’a finalement pas été très concluante. «  Pour l’instant, aucun accord n’a été trouvé entre la direction et les syndicats  », a déclaré en début d’après-midi Carine Zanella, la porte-parole du Tec Liège-Verviers. «  Les discussions doivent encore continuer.  »

Celles-ci devraient d’ailleurs se poursuivre une bonne partie de la journée. Toutefois, il semblerait qu’une décision aurait déjà été prise concernant les travailleurs du TEC. «  Même si rien n’est encore officiel, les chauffeurs de bus devraient normalement reprendre le travail dès ce samedi  », a précisé Carine Zanella.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140526-G2CV24 2014-05-26 13:14:01

    La check-list des élections communales

  2. En novembre, la Belgique devra se contenter d’un seul réacteur.

    Revoilà les prémices d’une pénurie d’électricité

  3. Le prix de l’abonnement annuel est fixé par le fournisseur et ne dépend pas du coût de l’électricité.

    Le médiateur de l’Energie annonce une action contre six fournisseurs

Chroniques
  • La check-list des élections communales

    Dans trois semaines, nous allons voter pour les communales. Alors que les partis scruteront et interpréteront les résultats à travers la grille des prochaines élections nationales et européennes – quand bien même on verra localement des alliances impossibles à d’autres niveaux –, il faudrait peut-être rappeler que ce scrutin est important pour lui-même et que les enjeux, même locaux, sont de taille.

    Des potentats difficiles à contester

    J’ai longtemps cru que l’échelon local était le plus propice à la mise en œuvre d’une véritable démocratie, et que l’on pouvait aisément y mettre en œuvre des processus de démocratie délibérative ou participative. Les quelques chroniques que j’ai consacrées à des sujets communaux (sur certaines communes du BW) m’ont cruellement démenti ; dans de nombreux cas, ces communes sont les lieux où sévissent des potentats autoritaires, totalement...

    Lire la suite

  • Ceci n’est pas une politique

    On avait annoncé des mesures concrètes pour gérer la problématique des transmigrants sur le territoire belge. Et à quoi a-t-on eu droit ce vendredi ? A un chiffre. Le gouvernement va augmenter en deux phases le nombre de ceux qui seront placés en centres fermés. C’est une rustine que le gouvernement a placée, parasitée, noyautée, détournée par les petites phrases d’un certain Bart – Y a qu’à – De Wever.

    Lire la suite