Apple perd sa place de nº1 en Bourse

Afp

Le groupe informatique Apple a perdu sa place de première capitalisation boursière mondiale, retombant à la clôture de Wall Street derrière le groupe pétrolier ExxonMobil.

  • AP
    AP

L’action du groupe à la pomme, qui avait déjà plongé de plus de 12 % jeudi, a encore abandonné 2,36 % vendredi pour clôturer à 439,88 dollars, un niveau qui le valorise au total à 413 milliards de dollars.

Apple était passé pour la première fois devant ExxonMobil en août 2011. Les deux groupes avaient bataillé pour la première place les mois suivants, Apple finissant par l’emporter.

L’été dernier, le groupe informatique, dopé par des spéculations sur la sortie imminente de nouveaux produits, avait même battu le record de la plus grande capitalisation boursière de tous les temps, détrônant son concurrent Microsoft qui détenait ce titre depuis 1999.

L’action Apple s’était envolée jusqu’à un record historique de 702,10 dollars le 19 septembre, juste avant la sortie du dernier de ses téléphones, l’iPhone 5. Elle a depuis reperdu 37 % de sa valeur.

Le marché boude le groupe depuis quelques mois, s’inquiétant de sa capacité à continuer d’innover sans son patron visionnaire Steve Jobs, décédé l’an dernier, et à maintenir ses parts de marché face à des concurrents de plus en plus agressifs, comme le groupe sud-coréen Samsung, qui a notamment creusé l’écart avec lui l’an dernier sur le marché mondial des smartphones.

Pourquoi Apple chute en Bourse ?

Les investisseurs ont été particulièrement choqués mercredi soir par les résultats trimestriels publiés par Apple et ses prévisions qui lui font craindre la fin de la croissance étincelante des ventes et des bénéfices à laquelle il avait habitué le marché ces dernières années.

Sur la seule journée de jeudi, Apple avait perdu une soixantaine de milliards de dollars de capitalisation boursière, et il en a encore perdu une dizaine de milliards vendredi.

« Quand la fête se termine, tout le monde se dépêche de partir, sans dire merci », a ironisé le courtier BGC Partners dans une note à ses clients.

Pour Stéphane Ventilato, vendeur actions chez Banca IMI securities, les malheurs d’Apple sont « probablement indicatifs d’une perte de leadership, non seulement pour Apple mais aussi pour le secteur technologique ».

« On a du mal à franchir de nouvelles frontières », explique M. Ventilato, qui précise ne pas détenir de titre Apple ni Exxon Mobil.

« Les investisseurs se posent la question de savoir si, pour les 10 ans qui viennent, cette barrière technologique ne va pas être difficile à dépasser, si les progrès sont aussi surprenants que ce à quoi les Etats-Unis ont habitué le monde », ajoute-t-il. « Cela va-t-il être aussi innovant, ou va-t-on connaître une période de stagnation ? » Beaucoup d’analystes estiment qu’Apple ne retrouvera la confiance du marché qu’en sortant de nouveaux produits, et à condition qu’ils suscitent le même engouement que les innovations précédentes du groupe.

Les spéculations tournent pour l’instant seulement autour d’un produit lié à la télévision ou d’une version moins haut de gamme de l’iPhone, visant davantage les pays émergents.

Le top 5 du Bel 20

1 UCB 57.80 2.76%
2 KBC Groep 42.22 2.44%
3 Bekaert 28.29 2%
4 Telenet Group 42.32 1.68%
5 GDF Suez 19.93 1.37%

Osez la rencontre !