Air Belgium va ouvrir de nouvelles lignes vers l’Asie

Edition numérique des abonnés

Depuis le 3 juin, la nouvelle compagnie aérienne belge assure trois vols par semaine entre Charleroi et Hong Kong. Deux mois après le lancement, le CEO tire un premier bilan d’Air Belgium dans le « Soir ».

Si la compagnie a décidé de rester à trois fréquences hebdomaires pour les trajets entre la Belgique et Hong Kong, Niky Terzakis, le CEO de Air Belgium, annonce l’arrivée prochaine de nouvelles destinations, et ce, dès le mois de septembre. « Je pense que nous pourrons proposer d’autres destinations, via le hub de Hong Kong, en connexion avec d’autres compagnies aériennes. On songe à au moins quatre à six nouvelles destinations parmi lesquelles Tokyo (Japon) et Cebu (Philippines). Dans les prochains mois, nous allons voir ce qu’il est possible de faire en connexion en passant par le hub de Hong Kong. Je pense, par exemple, à une destination comme Séoul qui est mal desservie depuis l’Europe. Mais aussi dans l’autre sens, proposer des connexions via la Belgique ».

La compagnie aérienne a également fait des demandes d’autorisation pour aller aux Etats-Unis.

► Comment se porte Air Belgium? Quels sont les projets projets? L’entretien à découvrir sur Le Soir+

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre refuse, pour l’instant, d’évoquer la «
solution ultime d’un délestage
».

    Chez Marghem, la meilleure défense, c’est l’attaque

  2. Marie-Christine Marghem.

    Pénurie d’électricité: pourquoi la ministre Marghem n’a rien vu venir

  3. Chez André Kettel, l’essentiel des 400 porcs est confiné. Seuls quelques truies et porcelets ont encore le droit de vivre à l’extérieur. En attendant l’abattage.

    Peste porcine: le secteur agricole encaisse mal la décision d’abattre 4.000 porcs «sains»

Chroniques
  • L’intervention en Libye, la pire erreur de ce début de siècle

    Et ça continue.

    Contrôlée par l’opposition anti-Macron la commission d’enquête sénatoriale tire, aussi longtemps qu’il est possible, la pelote de l’affaire Benalla. C’est de bonne guerre.

    Démocratiquement c’est, en outre, un progrès car jamais, jusqu’à présent, une opposition n’avait obtenu si rapidement la mise sur pied d’une commission parlementaire susceptible d’enquêter sur les turpitudes supposées du pouvoir.

    On est cependant en droit de s’interroger : depuis deux mois, donc, le Landerneau médiatico-politique résonne de l’écho considérable, disproportionné, donné à ce dysfonctionnement, hautement condamnable, mais que Jacques Chirac aurait qualifiée « d’affaire de cornecul ».

    Une lenteur interpellante

    ...

    Lire la suite